Fusillade dans le Thalys : ce que prévoit Guillaume Pepy à la SNCF

le
1
Le président de la SNCF, Guillaume Pepy.
Le président de la SNCF, Guillaume Pepy.

Guillaume Pepy est sur le qui-vive. Après la fusillade vendredi dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris, « un attentat barbare qui ne connaît aucun précédent », selon le président de la SNCF cité par le

Journal du dimanche

, l'entreprise a annoncé plusieurs mesures.

« Il y a le plan Vigipirate qui comporte un volet transports publics, maintenant renforcé par ce numéro spécial, le 3117 », opérationnel dès « le 1er septembre », explique au JDD Guillaume Pepy, précisant qu'il « permet à chacun de signaler quelque chose d'anormal, voire d'inquiétant, en gare ou dans un train ». Le président de la SNCF ajoute que l'information « pourra être donnée à des personnes formées et qualifiées pour identifier s'il s'agit de quelque chose de bénin ou si cela peut déclencher une intervention ». Ces « personnes formées et qualifiées » ne seront autres que près de quarante « cheminots spécialisés dans la sécurité ». S'il évoque un « diagnostic express de signalement », Guillaume Pepy insiste sur l'« importance » du dispositif.

Autre nouvelle mesure de sécurité de la SNCF : un renforcement « décisif » de la signalétique dans les gares et les trains sur la vigilance, « pas assez présente » pour le moment, d'après Guillaume Pepy. « Avant de faire preuve d'héroïsme, les trois hommes du Thalys ont identifié la menace directe. C'est d'abord leur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le dimanche 23 aout 2015 à 12:56

    la signalétique est pourtant simple ! tout le monde sait reconnaître les individus à risques