Fusillade au Cachemire, extrémistes retranchés dans un bâtiment

le
0
    SRINAGAR, 22 février (Reuters) - L'armée indienne cherchait 
lundi à reprendre le contrôle d'un bâtiment administratif 
contrôlé depuis samedi par des extrémistes lourdement armés, ont 
rapporté les autorités et un témoin. 
    Après une pause dans les tirs au cours de la nuit, des 
commandos de l'armée et de la police ont tenté de nouveau de 
s'emparer du bâtiment de cinq étages, près de Srinagar, la 
capitale d'été de l'Etat de Jammu-Cachemire. 
    Samedi, des activistes ont ouvert le feu sur un car 
transportant des policiers, avant de faire irruption à 
l'intérieur d'un institut de formation où se trouvaient alors 
une centaine de personnes. Trois militaires, deux policiers et 
un civil ont été tués dans la fusillade. 
    Actuellement, trois ou quatre extrémistes, armés de grenades 
et de mitraillettes, seraient retranchés à l'intérieur du 
bâtiment. Dimanche, un des extrémistes a été tué, a fait savoir 
la police. 
    Des séparatistes musulmans sont en lutte contre les forces 
indiennes dans la partie indienne du Cachemire depuis 1989. 
L'Inde accuse le Pakistan voisin d'entraîner et d'armer ces 
insurgés dans la partie du Cachemire qu'il contrôle, et de les 
envoyer dans la partie indienne, ce qu'Islamabad conteste. 
 
 (Fayaz Bukhari; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant