Fusillade à Ottawa : selon sa mère, le tireur était «fou» mais «pas un terroriste»

le
0
Fusillade à Ottawa : selon sa mère, le tireur était «fou» mais «pas un terroriste»
Fusillade à Ottawa : selon sa mère, le tireur était «fou» mais «pas un terroriste»

Après l'émotion, voici le temps de l'analyse personnelle un peu plus à froid. Michael Zehaf-Bibeau, tué mercredi au Parlement d'Ottawa par le chef de la sécurité du Parlement après avoir abattu un soldat, était «fou et la seule issue était la mort», a écrit sa mère dans une longue lettre empreinte d'émotion. Susan Bibeau explique que son fils souffrait de troubles psychiques importants et n'avait rien du terroriste que certains ont voulu décrire, sans lui trouver la moindre excuse.

Dans une longue lettre adressée au quotidien National Post, daté de dimanche, cette mère livre un témoignage poignant sur la détresse psychologique de son enfant. Elle avait déjà expliqué le lendemain de l'attentat «pleuré pour les autres, pas pour son fils». 

«Malade» des actes de son fils

«Il se sentait coincé, incapable de vivre dans sa vie telle qu'elle était, incapable de pouvoir vivre celle qu'il voulait», analyse Mme Bibeau. «Il était fou et la seule issue était la mort». «Je suis horrifiée par les actes de mon fils, j'en suis malade», écrit-elle.

Contrairement à ce que la police a indiqué sur la foi du témoignage de sa mère, Zehaf-Bibeau n'avait pas demandé un passeport pour aller en Syrie mais en Arabie saoudite pour «étudier l'islam, étudier le Coran». Son passeport lui avait été refusé. Cité par le journal, Mike Cabana de la police fédérale a reconnu l'erreur de transcription de l'enregistrement du témoignage. Mais la police n'a pas jugé nécessaire de rectifier puisque les candidats au jihad en Syrie passent souvent par l'Arabie saoudite ou la Turquie.

Son fils était dépendant au crack

«J'essaie de comprendre les motivations de mon fils, et je crois que le refus de lui délivrer un passeport l'a poussé» à commettre cet acte irrémédiable. «La plupart désigneraient mon fils comme un terroriste. Je ne pense pas qu'il faisait partie d'une organisation ou qu'il agissait au nom d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant