Furosémide : un second décès suspect dans l'Oise

le
0
Furosémide : un second décès suspect dans l'Oise
Furosémide : un second décès suspect dans l'Oise

L'Agence nationale du médicament a diligenté une inspection du site du laboratoire Teva à Sens (Yonne), à la suite du décès à Marseille d'un homme de 91 ans chez qui a été retrouvée une boîte de diurétique pouvant contenir en réalité un somnifère.

«Des inspecteurs de l'ANSM vont se rendre dans la journée sur le site de conditionnement, a indiqué une porte-parole de l'Agence. Ils resteront le temps nécessaire pour trouver l'origine du problème. Pour le moment, ils étudient les éléments disponibles afin que cette inspection soit la plus efficace possible».

Un deuxième décès suspect pourrait être lié au Furosémide

Parallèlement, selon une information de France 3 Picardie, un autre décès suspect serait lié à la prise de Furosémide. Un retraité alerté par l'affaire du nonagénaire marseillais, a fait le parallèle avec le décès de sa mère mi-mai, à l'âge de 101 ans. Cette dernière prenait du Furosémide, le générique du Lasilix. L'homme affirme que son pharmacien lui a confirmé que les comprimés utilisés par sa mère provenaient bien des lots incriminés.

Le retraité dit également avoir déposé un dossier auprès du service de pharmaco-vigilance du laboratoire Téva, ce qu'a confirmé le laboratoire, ce lundi en fin de matinée, à la rédaction du «Parisien» à Beauvais (Oise).

Comment une pareille erreur a-t-elle pu intervenir ?

Invitée ce lundi matin sur France Info, Evelyne Falip, directrice de l'évaluation et de la surveillance du risque à l'Agence, a déclaré attendre les résultats de cette inspection «pour comprendre comment une pareille erreur, qui reste fort heureusement exceptionnelle, a pu intervenir» .

AUDIO. Le directeur des inspections à l'Agence du Médicament explique ce qu'il attend de l'enquête

L'hypothèse d'un acte de malveillance

Vendredi, l'ANSM avait alerté sur une procédure de rappel concernant deux lots mal conditionnés du diurétique produit par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant