Furosémide : dix cas suspects, zéro confirmé

le
0
À ce jour, aucune des décompensation cardiaque recensées, qui ont fait sept décès, n'a pu être imputée à l'affaire Teva.

Malgré la panique liée à l'affaire du Furosémide, aucun décès suspect n'a pu être à ce jour imputé à ce diurétique, ou plutôt à une erreur de conditionnement des comprimés, selon l'Agence du médicament (ANSM). Une certaine cacophonie règne autour de décès potentiellement liés au traitement par le Furosémide fabriqué par les laboratoires Teva.

S'il est vrai que, dès le lancement de l'alerte le samedi 9 juin, plusieurs patients ou leur proche ont attribué des défaillances cardiaques ou des décès au traitement par le Furosémide, rien à ce jour n'a pu être prouvé. D'ailleurs, une certaine psychose touche désormais les personnes traitées par ce diurétique, quelle que soit la firme pharmaceutique responsable de sa production, même s'il ne s'agit pas de Teva. Dans tous les cas, les victimes sont des personnes âgées, voire très âgées, souffra...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant