Fumer nuit gravement à l'ADN

le
0
Les effets nocifs sur les chromosomes se manifestent au bout d'un quart d'heure.

«Fumer nuit gravement à l'ADN.» La mention pourrait figurer en bonne place sur les paquets de cigarettes à côté de «fumer tue», «fumer bouche les artères» ou «fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse». Des chercheurs américains viennent de montrer dans la revue Chemical Research in Toxicology que les chromosomes d'un fumeur sont exposés aux effets délétères du tabac dès les premières bouffées.

«Un avertissement sévère»

En clair: il n'est pas nécessaire, comme on pourrait le croire, d'attendre des années pour que certains poisons contenus dans la fumée endommagent le matériel génétique et provoquent des cancers. Ce qui revient à dire que même les fumeurs occasionnels ou débutants ne sont pas à l'abri... Pour parvenir à ces conclusions qui constituent «un avertissement sévère» pour les fumeurs, le professeur Stephen Hecht et son équipe de l'Université du Minnesota ont suivi à la trace une substance toxique, le phénanthrène

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant