Fulgence Ouedraogo : « On a trouvé une osmose »

le
0

Fulgence Ouedraogo est satisfait d’avoir remporté un premier titre majeur dans l’histoire du MHR. Le capitaine a souligné la naissance et la création d’un groupe qui n’a rien lâché pour décrocher sa première Challenge Cup.

Fulgence, c’est une victoire méritée qui s’inscrit dans la logique voulue par Jake White c'est-à-dire pragmatique et glaciale ... Je ne pense pas que ce soit dans cette logique-là en tout cas cela récompense les efforts d’un groupe. On a connu des moments difficiles durant cette saison mais on a fait le dos rond. On a connu des périodes ou cela ne marchait pas et on n’arrivait pas à jouer ensemble. Depuis plusieurs matchs, on a trouvé une osmose, une cohérence dans notre jeu et une certaine force. On a joué là-dessus pour battre les Harlequins. On s’est battus jusqu’au bout et cela a été dur contre une bonne équipe qui a joué sa peau jusqu’au dernier moment. C’était une finale, un match rude et c’était vraiment difficile. Mais le groupe voulait gagner, remporter cette victoire et c’est ce qui a joué dans les derniers moments car on a fait des efforts exceptionnels pour remporter ce match. C’est la récompense du travail effectué ces derniers mois, ces dernières semaines et cela vient concrétiser les efforts de tout un groupe. Ce n’est pas la plus grande Coupe d’Europe mais c’est un trophée. C’est bon pour la confiance et l’histoire du club non ? Ce n’est pas le plus beau des trophées ni un grand titre mais pour nous c’est une belle victoire. C’est quelque chose de fort car cela fait dix ans que le club cherche à remporter un trophée au plus haut niveau. Avec cette victoire, on concrétise les efforts de tout un club, de toute une ville, les espérances de beaucoup de personnes. Faire partie de cette équipe-là et de ce groupe, c’est vraiment quelque chose de grand et de fort. Vous êtes un enfant du club et de l’Hérault, qu’est-ce que signifie ce titre ? C’est un signe fort. Dès la fin du match, j’ai couru vers les supporters. C’est quelque chose qui représente beaucoup pour moi. Ils ont toujours été là auprès de moi donc je voulais leur dédier cette victoire car ils apportent la bonne ambiance au stade. Ce sont des moments spéciaux pour moi, agréables à vivre et partager ça avec eux c’est encore mieux. Quel est le plus grand souvenir que vous gardez, la finale perdue en Top 14 avec vos amis d’enfance (contre Toulouse, ndlr) ou la victoire de ce soir ? Ce sont des aventures différentes, des épreuves différentes. En 2011, personne ne nous attendait. On avait créé un exploit mais je pense qu’on était en surrégime. C’était une équipe qui se connaissait depuis longtemps et qui avait traversé des épreuves difficiles ensemble mais qui avait un vécu commun. Cette année, c’est nouveau, on a une équipe avec des joueurs qui ont d’autres qualités et une autre expérience mais sans se connaître beaucoup. Il a fallu du temps et des efforts pour y arriver. Petit à petit, cela prend forme. Que ce soit les Sud-Africains, les Australiens et les Français, on joue tous pour Montpellier et c’est cela qui nous réunit. Ce soir, on a fait des efforts énormes. On a montré qu’on était plus que des Sud-Africains ou des Australiens mais qu’on était une équipe. On s’est battus pendant 80 minutes et c’était difficile. On a joué contre une équipe qui est très forte. On a eu des moments de doute mais personne n’a voulu lâcher. C’est là que l’on voit qu’on est en train de créer une équipe, un groupe. Tout le monde s’est battu pour le même maillot et c’est ça qu’il faut retenir.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant