Fukushima : peu de conséquences à ce jour

le
0
A quelques jours de la date anniversaire de la catastrophe de Fukushima, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire a dressé un premier bilan de santé des Japonais. De nombreuses incertitudes demeurent.

Un an après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, quel est l'état de santé des Japonais? Que sont devenus les travailleurs de l'enteprise Tepco? Que prévoient les autorités sanitaires japonaises aujourd'hui? L'institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire a tenté de répondre à ces questions en exposant ses travaux et ceux réalisés par les autorités japonaises.

En 2011, l'IRSN a mesuré les doses qu'auraient potentiellement pu recevoir un enfant d'un an, resté sans protection et pendant la phase de rejets la plus forte.

Résultats? Si l'enfant se situait à une quarantaine de kilomètres au sud de la centrale, il aurait pu recevoir une dose de 10 mSv (le mSv étant une unité de gestion du risque). Entre 0 et 20 mSv, les doses sont considérées comme très faibles par l'UNSCEAR (United Nations Scientific Committee on the Effects of Atomic Radiation ). En revanche, si le petit s'était trouvé dans un rayon de 20 kilomètres, il aurait pu recevoir une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant