Fukushima : La radioactivité diminue sur les sols et dans les eaux alentour

le
0
(Commodesk.com) La contamination radioactive des terres situées dans un rayon d'une centaine de kilomètres autour de la centrale accidentée de Fukushima diminue, même si certaines productions alimentaires restent impropres à la commercialisation ou à la consommation, voire risquent de le devenir. De même pour les espèces marines, explique l'Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dans son nouveau rapport de mercredi. L'iode 131 ayant une période radioactive courte (8 jours), il reste à évaluer a posteriori les doses reçues sur la thyroïde. Les césiums 134 et 137 sont désormais les deux radionucléides dominants dans les dépôts rémanents au Japon. Les quantités les plus importantes se trouvent dans la zone d'exclusion des 20km évacuée en urgence à partir du 11 mars, début de la catastrophe, ainsi que dans la zone d'évacuation planifiée mise en place à partir du 22 avril (communes d'Iitate, de Katsurao et en partie de Namie, de Kawamata et de Minamisoma). Des dépassements sont relevés sur les végétaux qui portaient déjà leurs feuilles ou leurs fleurs au moment des retombées atmosphériques, sur ceux cultivés en terres contaminées et sur les productions (lait et viande) d'animaux nourris avec de l'herbe ou du fourrage contaminé. Etaient concernés début septembre le blé de Hirono, le colza de Tamura, les courges de Fukushima, les chataîgnes de Kori-machi, les fruits du yuzu, cultivés dans la préfecture de Fukushima, les feuilles de thé de la deuxième et de la troisième récolte de l'année, ainsi que la viande de b?uf pour plusieurs régions et certains champignons. Les figues pourraient aussi être davantage touchées dans les semaines à venir.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant