Fuite massive de données sensibles sur un sous-marin français de la DCNS

le
1
Fuite massive de données sensibles sur un sous-marin français de la DCNS
Fuite massive de données sensibles sur un sous-marin français de la DCNS

La Direction des constructions navales (DCNS), constructeur français de navire de guerre détenu à 62% par l'Etat, a été victime d'une fuite de données d'ampleur sur son sous-marin Scorpène, selon le journal The Australian. Les 22 400 pages détaillant les capacités de combat de ce submersible vendu en Asie du sud-est, notamment en Australie pour un mégacontrat de 34 milliards d'euros, se sont ainsi retrouvées dans la nature et ont pu être consultées par des journalistes.

 

«Les autorités nationales de sécurité» françaises «enquêtent». «Cette enquête déterminera la nature exacte des documents qui ont fait l'objet de ces fuites, les préjudices éventuels pour nos clients ainsi que les responsabilités», a ajouté la DCNS. L'Inde, la Malaisie et le Chili ont tous doté leur armée de ces sous-marins à la pointe de la technologie de guerre, «faisant de lui le plus létal des sous-marins conventionnels de l'histoire.» 

 

Un ancien sous-traitant et l'Inde mis en cause ?

 

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a reconnu que cette fuite était «préoccupante» tout en en relativisant l'impact éventuel pour l'Australie. L'Australie a passé en avril dernier un contrat «historique» avec la DCNS pour le renouvellement de sa flotte submersible par l'achat de 12 sous-marins de ce type. Le «Barracuda» australien «est totalement différent du Scorpène conçu pour la marine indienne», a assuré Tumbull à la chaîne Channel Seven. Les submersibles australiens sont des versions réduites des Barracudas français.

 

The Australian rapporte que la DCNS aurait laissé entendre que la fuite pourrait venir d'Inde plutôt que de France. L'hypothèse est que les documents auraient été emportées hors de France en 2011 par un ancien officier de la marine française, à l'époque sous-traitant de la DCNS. Les documents auraient transité par des sociétés du sud-est asiatique avant d'être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a 7 mois

    Certains états étranges sont derrière cette fuite afin de discréditer notre technologieLe combat est autant sur le développement technologique du matériel qu'au niveau sécurité informatique