Froome, quelle descente !

le , mis à jour à 06:49
0
Froome, quelle descente !
Froome, quelle descente !

Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne) De l'un de nos envoyés spéciaux

À la victoire et au maillot jaune, Christopher Froome a ajouté le panache. En lançant l'offensive dès le sommet du col de Peyresourde, en s'arrachant à Nairo Quintana, Alejandro Valverde et consorts seul dans la descente, le Britannique a surpris tout le monde et pris d'incroyables risques. Son audace a été récompensée. Et certainement au-delà des 23 secondes prises au petit Colombien de la Movistar. « J'ai couru à l'instinct », explique le double vainqueur du Tour (2013, 2015) qui jubile de n'avoir « jamais gagné une course de cette manière auparavant ».

« Mes coureurs avaient tellement travaillé que j'ai eu envie d'essayer quelque chose, reprend le leadeur de Sky. J'ai d'abord essayé dans la montée (NDLR : une accélération à 2 km du sommet de Peyresourde) et ça n'a pas marché. Donc, je me suis dit : Allons-y, on va essayer au début de la descente ! » Sa prestation restera parmi LES grandes images de cette édition 2016. En position de l'oeuf, assis sur la barre horizontale de son cadre, menton posé sur le cintre, le grand échalas s'est mué en drôle de machine à descendre. Tout en gardant sa position, Froome s'est appliqué à pédaler, au risque de perdre le contrôle de sa machine. Son attitude a évoqué furtivement Graeme Obree, l'original Ecossais qui battit deux fois le record de l'heure en 1993 et 1994, sur un vélo de bric et de broc.

Mais c'est de son équipier Michal Kwiatkowski (absent sur le Tour), le Polonais champion du monde 2014, que s'est réclamé Froome. « Je me suis beaucoup entraîné avec lui cette année, surtout lors de camps d'entraînement, explique le nouveau... Maillot jaune. C'est la reproduction de ce qu'on fait souvent à l'entraînement. On se lance quelques défis, à qui descendra le plus vite. Appelez cette technique comme vous voulez. Pour moi, c'est juste une manière d'aller le plus vite possible. J'ai ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant