Front de gauche : après les tensions, une poignée de main Mélenchon-Laurent

le
0
Front de gauche : après les tensions, une poignée de main Mélenchon-Laurent
Front de gauche : après les tensions, une poignée de main Mélenchon-Laurent

«C'est le geste qu'on attendait», selon Eric Coquerel, proche de Jean-Luc Mélenchon. Les Estivales du Front de gauche se sont terminées ce dimanche en Isère par une brève poignée de mains entre les deux leaders Jean-Luc Mélenchon (PG) et Pierre Laurent (PCF), après un week-end de fortes tensions, qui devraient toutefois laisser des traces. Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon divergent sur l'attitude à adopter vis-à-vis de PS.

Des semi-excuses et une main tendue

A l'issue du meeting de clôture durant lesquels les deux hommes se sont succédé sur scène, Jean-Luc Mélenchon, qui n'a pas adressé la parole à Pierre Laurent durant deux jours, lui a tendu la main à la fin de son discours. Pierre Laurent a ensuite quitté la salle pour prendre un train car il doit participer aux commémorations de la Libération de Paris. Un peu plus tôt, Pierre Laurent avait déclaré sur scène: «Tout ce que je fais, tout ce que les communistes font, ils le font depuis maintenant quatre ans avec toute la sincérité qui est la leur, toute leur conviction, toute leur maladresse parfois, personne n'est parfait (...)».

Si une poignée de main ne résoud pas tout, elle était encore inenvisageable la veille. Formules cinglantes et répliques aigres: la première des deux journées d'été du Front de Gauche à Grenoble avait en effet exacerbé la tension entre les deux leaders de cette alliance, née après les critiques formulées mercredi dans la presse par Pierre Laurent à l'égard de l'attitude trop agressive de Jean-Luc Mélenchon. «Ils se reparleront...Aujourd'hui ? Je ne pense pas» avait résumé samedi soir Éric Coquerel, secrétaire national du PG.

Derrière ces tensions se cache une divergence de stratégie pour les élections municipales de 2014. Le Parti de gauche prône une autonomie dans toutes les villes, alors que le PCF est associé au PS dans de nombreuses communes. «Il y a eu d'autres moments de tension, on s'est toujours bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant