Frondeurs : Valls en a assez qu'on critique Hollande

le
0
Frondeurs : Valls en a assez qu'on critique Hollande
Frondeurs : Valls en a assez qu'on critique Hollande

En déplacement politique «sur la terre de Léon Blum» dans l'Aude, Manuel Valls a défendu l'esprit de réforme et appelé sa majorité à la «loyauté», à la veille de débats budgétaires compliqués pour le gouvernement à l'Assemblée. «Nous devons soutien et confiance» au président François Hollande, a-t-il également lancé.

«Maintenir sa cohésion à la condition de ne pas agir, durer à la condition de ne pas changer, c'est se condamner à disparaître» : avec cette citation du leader du Front Populaire, le Premier ministre a adressé un énième message aux députés socialistes dits frondeurs qui lui réclament d'atténuer le rythme des économies et de réorienter sa politique en faveur des ménages plus que des entreprises.

«J'en ai assez de ces critiques lancinantes à l'égard du président»

Dans son appel à la loyauté, Manuel Valls n'a pas oublié François Hollande, par un «hommage» renouvelant un exercice de protection rapprochée. «J'en ai assez de ces critiques lancinantes à l'égard du président de la République», a-t-il assuré. «C'est lui qui incarne la France, c'est lui qui incarne nos valeurs», a fait valoir Manuel Valls. Saluant l'action internationale du président de la République, il a évoqué les décisions d'intervenir militairement au Mali et en Centrafrique, l'entrevue entre Vladimir Poutine et le président ukrainien le 6 juin et un François Hollande «en première ligne aujourd'hui pour faire en sorte que l'Europe soit réorientée».

«Et vous militants socialistes, vous devez avoir confiance et vous dire que si nous avons eu un deuxième président socialiste après François Mitterrand, cette fois François Hollande, c'est pour changer, c'est pour mettre en ?uvre ses engagements. Et nous lui devons soutien et confiance», a-t-il plaidé.

Lors d'un «repas champêtre» dominical et ensoleillé, avec plusieurs centaines de militants et vue sur le bucolique village de Trèbes près de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant