Fronde contre les écoutes de Palestiniens dans les rangs de Tsahal

le
1

JERUSALEM, 12 septembre (Reuters) - Dans une lettre ouverte publiée vendredi, 43 réservistes d'une unité de surveillance électronique de l'armée israélienne annoncent qu'ils refuseront dorénavant de placer des Palestiniens de Cisjordanie occupée sur écoute. Leur état-major parle d'un coup d'éclat de la part d'une petite minorité, mais l'initiative lève un coin du voile sur le rôle de ces écoutes, notamment dans la conduite de raids aériens qui font souvent des victimes civiles. Elle vient en outre alimenter l'intense débat sur la légitimité de telles pratiques qui a suivi les révélations d'Edward Snowden sur la NSA, pendant américain de l'Unité 8200 à laquelle appartiennent les signataires de la lettre ouverte. "Nous refusons de prendre part à des actes hostiles aux Palestiniens et de continuer à être les outils du régime de plus en plus militarisé en vigueur dans les territoires occupés", disent-ils dans ce document publié par le Yediot Ahronoth. "La collecte de renseignements permet de contrôler des millions de personnes par le biais d'une surveillance omniprésente et d'intrusions dans tous les domaines de la vie. Tout cela empêche de vivre une vie normale, alimente la violence et nuit au règlement du conflit", ajoute-t-ils. Dans des entretiens distincts, plusieurs des signataires, dont les noms n'ont pas été dévoilés, dénoncent plus précisément la collecte d'information "susceptibles d'être utilisées pour contraindre les gens à devenir des informateurs", telles que les orientations sexuelles ou l'état de santé. (Dan Williams, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 12 sept 2014 à 18:21

    Israël et les USA, c'est la même chose : puissance de feu, écoutes et surveillance, loi du talion ... avec effet de levier.