Fronde anti-Merkel : «Nous devons travailler ensemble», tempère Hollande

le
3
Fronde anti-Merkel : «Nous devons travailler ensemble», tempère Hollande
Fronde anti-Merkel : «Nous devons travailler ensemble», tempère Hollande

Si c'est le nouveau président du Conseil italien que François Hollande recevait, il a aussi été question de l'Allemagne ce mercredi à l'Elysée. Au cours d'une conférence presse commune avec Enrico Letta, le président de la République s'est employé - comme Jean-Marc Ayrault et plusieurs ministres de poids - à tempérer la récente offensive anti-Merkel du Parti socialiste.

«La France et l'Allemagne, nous devons travailler ensemble, quelles que soient les conjonctures, quelles que soient les personnalités qui les dirigent, quelles que soient les sensibilités», a déclaré François Hollande, soulignant que «ce point de vue» a toujours prévalu avec la chancelière. Ainsi le président a-t-il joué l'apaisement après la diffusion d'un projet de texte du PS particulièrement sévère à l'égard d'Angela Merkel, «chancelière de l'austérité» à «l'égoïsme intransigeant». C'est «heureux», s'est félicité le président de l'UDI Jean-Louis Borloo qui s'était excusé auprès de la chancelière pour «la cacophonie» de la gauche française.

Un nouveau texte expurgé des références à Merkel

François Hollande a d'ailleurs fait valoir que la dernière mouture du texte, adoptée mardi par le bureau national du PS, avait été expurgée de toutes les mentions qui s'en prenaient à la chancelière allemande. «Le seul qui compte à mes yeux c'est le texte qui vient d'être adopté par ce Parti», a-t-il relevé. Et d'ajouter : «Le texte qui pour moi est le seul qui doit être lu par nos partenaires», c'est celui «qui n'a pas besoin, pour faire prévaloir un point de vue, de mettre en cause un leader en Europe ou un pays en particulier, surtout l'Allemagne».

Même son de cloche du côté de Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS en charge de l'Europe et artisan du texte selon plusieurs sources. La première mouture? Rien qu'un «brouillon qui testait des idées» a minimisé le député de Paris sur BFM TV ce...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5005891 le mercredi 1 mai 2013 à 22:50

    Faut cul de FH, aucune crédibilité, ferais mieux de ce faire petit.

  • jbayart2 le mercredi 1 mai 2013 à 21:50

    PAUVRE NULIL FAUT ETRE CREDIBLE ET CREER LA CONFIANCE POUR TRAVAILLEZR ENSEMBLE

  • LeRaleur le mercredi 1 mai 2013 à 19:40

    Le lièvre et la tortue, on va se marrer.