Fronde anti-Europe en Grande-Bretagne 

le
0
Le premier ministre David Cameron doit faire face à son électorat de plus en plus dubitatif.

De notre correspondant à Londres, Florentin Collomp

«Tu as perdu une bonne occasion de te taire. On en a assez de t'entendre nous critiquer et nous dire ce que nous avons à faire. Vous dites détester l'euro et maintenant vous voulez vous intégrer dans nos réunions.» La cinglante réplique de Nicolas Sarkozy à David Cameron, dimanche à Bruxelles, a fait les choux gras de la presse britannique hier. D'autant plus qu'elle tombait au moment où le premier ministre faisait face à une fronde parlementaire dans ses rangs réclamant un référendum sur l'avenir de la Grande-Bretagne dans l'Europe.

Lors d'une motion sur le sujet débattue à la Chambre des communes, des dizaines de députés conservateurs ont passé outre la consigne gouvernementale de voter contre un tel projet, âprement combattu par le premier ministre. Le parlement a toutefois rejetté hier soir l'appel à réferendum.

Contesté par cette minorité vociférante dans son pays, Cameron est également en train de se lai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant