Fronde anti-écotaxe : les bonnets rouges ne sont pas «made in Bretagne»

le
2
Fronde anti-écotaxe : les bonnets rouges ne sont pas «made in Bretagne»
Fronde anti-écotaxe : les bonnets rouges ne sont pas «made in Bretagne»

L'histoire était pourtant belle... Les bonnets rouges, devenus en quelques jours l'étendard de la révolte bretonne, étaient aussi le symbole du made in Bretagne. Armor-Lux n'avait pas manqué de surfer sur le nouveau rôle de son produit phare du moment, offrant 900 exemplaires de ce bonnet en coton, commercialisé au prix de 15 ?, aux manifestants rassemblés autour du portique écotaxe de Pont-de-Buis (Finistère) durant le dernier week-end d'octobre. «En signe de solidarité et d'amitié», avait tenu à préciser Jean-Guy Le Floch, le PDG d'Armor-Lux ne manquant aucune occasion de donner échos à son geste.

Il se disait qu'à Quimper, les ateliers de la marque tournaient à plein régime pour confectionner par milliers ces bonnets en vue du rassemblement qui, le 2 novembre, a réuni encore près de 30000 manifestants dans la préfecture du Finistère. Las, il ne s'agissait plus là de produire, mais bien plus simplement «d'apposer la marque Armor-Lux» sur ces bonnets en acrylique venus... d'Ecosse comme l'a reconnu «en toute transparence» Jean-Guy Le Floch, interrogé par L'Humanité. Face à ce pic de demande, l'entreprise a en effet préféré «se tourner vers un confrère écossais». La transparence ayant ses limites et le symbole ayant déjà assez souffert, impossible de savoir si les «bonnets bretons» avaient été fabriqués en Ecosse, en Asie ou ailleurs...

«Au moins, ça reste dans la grande famille celte !»

Un couac susceptible de brouiller l'image de la révolte bretonne ? Pas pour l'un de ses leaders, le maire divers gauche de Carhaix, Christian Troadec, initiateur de la manifestation du 2 novembre à Quimper et figure emblématique des «Bonnets rouges». «Mais au moins, ça reste dans la grande famille celte !» plaisante un responsable du collectif «Vivre, travailler et décider en Bretagne !», interrogé par 20 Minutes. Et de poursuivre, retrouvant vite son habit politique : «Armor Lux est une entreprise qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loto77 le vendredi 8 nov 2013 à 12:17

    Certains ne savent pas quoi faire pour discréditer ce mouvement ...Plus facile que de nous parler des licenciements du jour .

  • KENTOF le vendredi 8 nov 2013 à 12:14

    tout le monde le sait tu parles d'un scoop