Fronde à gauche contre le Haut Conseil des finances publiques

le
0
Le président de la Cour des comptes Didier Migaud a été malmené par les parlementaires de la majorité. Il leur a répondu tout aussi vigoureusement.
Le président de la Cour des comptes Didier Migaud a été malmené par les parlementaires de la majorité. Il leur a répondu tout aussi vigoureusement.

C'est une passe d'armes particulièrement violente qui s'est déroulée mercredi matin à l'Assemblée nationale. Venu présenter l'avis du Haut Conseil des finances publiques aux élus de la commission des Finances sur le projet de budget 2017, son président, le socialiste Didier Migaud, a fait face à une levée de boucliers des élus de gauche.

Ces derniers n'ont visiblement pas digéré les critiques des économistes et fonctionnaires* qui composent le Haut Conseil sur le budget dévoilé deux heures plus tôt à la presse par Michel Sapin. Et l'ont fait savoir avec une rare hargne, en dépit du vocabulaire policé utilisé au Palais-Bourbon.

Valérie Rabault demande une enquête sur la fuite

Le Haut Conseil juge en effet "incertain" le retour sous la barre de 3 % de déficit inscrit dans les règles budgétaires européennes et même "improbable" la cible de 2,7 % que le gouvernement s'est lui-même fixée. Une opinion embarrassante pour l'exécutif qui a fuité la veille de la présentation du texte, ce qui a encore un peu plus crispé les députés à l'approche de l'élection présidentielle et des législatives.

"Vous êtes moins de vingt au Haut Conseil, j'imagine qu'il doit être assez facile d'investiguer pour savoir qui donne votre avis à la presse avant qu'il soit remis au Parlement", a attaqué la rapporteuse générale du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant