Frigide Barjot se dit «menacée d'expulsion» par la Ville de Paris

le
23
Frigide Barjot se dit «menacée d'expulsion» par la Ville de Paris
Frigide Barjot se dit «menacée d'expulsion» par la Ville de Paris

Frigide Barjot pourrait bien se retrouver à la rue. Cette fois-ci, ce ne sera pas pour manifester contre le mariage pour tous. En effet, l'ex-égérie de la Manif pour tous et son mari, Basile de Koch, ont reçu à la mi-juin une assignation de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP). Cette société d'économie mixte détenue à près de 80 % par la Ville, acteur majeur du logement social dans la capitale, souhaite obtenir la résiliation du bail du logement que le couple occupe rue de la Fédération, à côté du Champ de Mars dans le XVe arrondissement de Paris.

«C'est grave, nous sommes menacés d'expulsion, s'étrangle Frigide Barjot, jointe au téléphone par Leparisien.fr. Jamais nous n'avons eu un loyer de retard et nous payons 3500 ? par mois.»

Basile de Koch est arrivé rue de la Fédération en 1983, sa femme en 1994. Chacun y occupait un appartement, «l'un d'une surface de 80 m², l'autre de 60 m²», précise Frigide Barjot. La RIVP parle de son côté de 86 m² et 140 m². En 2000, ils obtiennent l'autorisation de construire un escalier pour relier les deux logements. Le loyer s'élève à 2850 ? par mois, selon les chiffres du bailleur. Quand ce dernier a voulu augmenter son tarif, les locataires ont fait jouer une clause sociale, en arguant de revenus relativement faibles (environ 36 000 ? par an).

Utilisation à des fins commerciales et sous-location

Ce duplex a intéressé de plus près la RIVP quand Frigide Barjot a assuré y héberger Jalons, la société qu'elle dirige avec son mari. Le greffe du Tribunal de commerce de Paris fait effectivement apparaître le siège social de l'activité rue de la Fédération. Or le bail de ce logement dit «intermédiaire à loyer libre» (en clair, il ne s'agit pas d'un logement social) a été dressé pour une habitation. L'utiliser à des fins commerciales se révèle illégal.

La RIVP reproche également aux époux Tellenne de l'avoir sous-loué à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1625665 le vendredi 21 juin 2013 à 10:15

    Désolé pour vous M1531771 les logements à 3000€ par mois n'ont rien à faire dans le parc de logements sociaux

  • M1531771 le vendredi 21 juin 2013 à 09:51

    C'est sur....! Pas que lui d'ailleurs...

  • Gary.83 le vendredi 21 juin 2013 à 09:39

    y en a un autre qu'on aimerait expulser !

  • mlaure13 le vendredi 21 juin 2013 à 09:33

    Et en tout état de cause, ne pas confondre logement social et logement pour les pauvres ou sans logis ?...

  • M1531771 le vendredi 21 juin 2013 à 09:04

    Pas d'accord avec vous M6486201, les situations évoluent, certaines dans le "bon sens" d'autres dans l'autre sens. Certains à une époque ont pu bénéficier d'un logement social car rentraient dans les critères d'attributions et leurs situations ont pu changer...lisez mes posts de dessous....

  • M1531771 le vendredi 21 juin 2013 à 08:58

    rodan3, moi qui suis "sbire" comme vous le dites, dans une société d'HLM, je peux vous affirmer que la sur-occupation n'est pas "voulue", mais "subie" dans bons nombres de cas. Pour ce qui est des infractions au bail, nous sommes hélas dépourvus de moyens (légaux) pour lutter contre ces faits. Quant aux expulsions, impossible à obtenir, les responsabilités sont plutôt à rechercher du côté des magistrats et de leurs démagogies légendaire en la matière, sans compter les Politiques.

  • M6486201 le vendredi 21 juin 2013 à 08:49

    Il ne devrait pas avoir de tels logements dans le logement social.Ce couple ne devrait pas être dans un logement social et Delannoé aurait du éviter de prendre une mesure ressemblant à une vengeance.Je le croyais plus malin

  • M3365316 le vendredi 21 juin 2013 à 08:26

    peur des fachos peur des socialos ; trouvez lui un logement à ste helene .et qu'on l entende plus , en tout cas me manquera pas

  • M1961G le vendredi 21 juin 2013 à 07:47

    hollande règle ses comptes avec les anti_mariages pour tous.les français pourront régler les leur en 2014 pour virer ces incapables de gauche .2014 sera le référendum que les français désiraient pour voter contre le mariage pour tous.une élection peut servir de référendum et à ce titre dire non à la politique de hollande qui est catastrophique pour le pays.

  • michelq3 le vendredi 21 juin 2013 à 01:05

    marre de tous ces picassietes !