Frigide Barjot demande au gouvernement de «mettre hors d'état de nuire les fauteurs de troubles»

le
0
Frigide Barjot demande au gouvernement de «mettre hors d'état de nuire les fauteurs de troubles»
Frigide Barjot demande au gouvernement de «mettre hors d'état de nuire les fauteurs de troubles»
Le président François Hollande a dénoncé jeudi les actes «homophobes» et «violents» commis par des opposants au mariage homosexuel, lors d'un déplacement à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. «Aucune manifestation ne doit dégénérer, aucune ne doit s'en prendre aux biens publics et il ne peut pas y avoir d'actes contre des personnes», a-t-il ajouté, alors que des débordements ont eu lieu à Paris et à Lille mercredi soir. La chef de file des anti-mariage pour tous, Frigide Barjot, a demandé jeudi au gouvernement de «mettre hors d'état de nuire les fauteurs de troubles».

Des échauffourées se sont déroulées à Paris en marge d'une manifestation d'opposants au mariage homosexuel près de l'Assemblée nationale, où se poursuivait l'examen en seconde lecture du projet de loi. Alors que le rassemblement, auquel participaient 2 400 personnes selon la police et 8 000 selon le collectif La manif pour Tous, était autorisé jusqu'à 22 heures, quelques centaines de personnes ont persisté à vouloir rester sur les lieux. Certains ont alors tenté d'en découdre avec les forces de l'ordre et de forcer les barrages installés devant la rue menant à l'Assemblée. Des projectiles ont fusé sur les CRS, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Frigide Barjot demande des «actions préventives» contre les «perturbateurs». «Pour que le climat s'apaise, il faut empêcher les fauteurs de trouble de nuire. Il faut des actions préventives tant que le débat a lieu», a expliqué la chef de file des anti-mariage pour tous jeudi en fin d'après-midi. «Je demande solennellement au président de la République et au ministre de l'Intérieur de mettre en place un principe de précaution en enfermant tous les éléments perturbateurs des groupuscules nationaux et identitaires», a ajouté Frigide Barjot. «Mercredi, nous avons signalé des personnes qui ne faisaient pas partie de nos troupes mais la police n'a rien fait. Ils n'ont jamais été...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant