Freud sur le terrain, psychanalyse du foot

le
0
Freud sur le terrain, psychanalyse du foot
Freud sur le terrain, psychanalyse du foot

Le 6 mai 1856 naissait Sigmund Freud, l'inventeur de la psychanalyse. Mais au fait, une psychanalyse du foot, ça donnerait quoi ? Abécédaire.

A comme Acte manqué : Manifestation de l'inconscient, un compromis entre l'intention consciente ("Je veux aider mon équipe, je veux le gagner ce match.") et le refoulé ("Ah ouais, vous me chambrez le virage sud, bah tiens je la mets dehors.").

B comme Ballon : L'être perdu, puis retrouvé. L'amante, ou la mère.

C comme Ça : Le "Ça", réservoir des pulsions chaotiques et bouillonnantes : le tacle pieds décollés, le coup franc surpuissant qui passe au-dessus, le crachat, le coup de boule, l'invasion du terrain, la coupe de Neymar. Joueur type : l'attaquant individualiste, fantasque ou teigneux.

D comme Défense : Mécanismes utilisés par le Moi pour réduire ou supprimer toute modification insupportable (perdre, être mené au score) due à des pulsions, souvenirs, fantasmes susceptibles de mettre en danger l'intégrité de l'individu : le dégagement à la va-comme-je-te-pousse, le tacle, le retour désespéré.

E comme Eros : Pulsion de vie à l'œuvre sur le terrain, la passe lumineuse, la caresse au ballon, la solidarité entre coéquipiers, les chants de supporters.

F comme Féminin : Le rond, le cercle, la courbe féminine, ou le creux, le vide à remplir : le ballon, le but, la coupe, le rond central, le tunnel pour accéder au stade, le stade lui-même.

G comme Goooaaaaaal : Le but, naissance symbolique. Le commentaire, son cri primal.

H comme Horde : Le 11 de départ, retour de la horde primitive décrite par Freud dans Totem et Tabou. Sous l'autorité d'un père tout-puissant, l'entraîneur, dont l'élimination conduira à l'édiction de règles nécessaire à la vie en société : interdit de l'inceste, interdit du meurtre. Mordre l'oreille reste autorisé.

I comme Identification et régression : Identification du public envers les joueurs, recherche du Moi idéal qu'on ne sera jamais ; déguisements, maillots, maquillages, torses bombés : retour aux pulsions enfantines, sadisme et masochisme, exhibitionnisme et voyeurisme, vécus par l'enfant lors des "stades" prégénitaux.

J comme Jeu : Tentative du Je (le "Ich" allemand) de concilier les exigences contradictoires du Ça – les pulsions bouillonnantes – et du Surmoi, le juge, le censeur :…


















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant