Free propose de louer des smartphones haut de gamme

le
0
FREE PROPOSE DE LOUER DES SMARTPHONES HAUT DE GAMME
FREE PROPOSE DE LOUER DES SMARTPHONES HAUT DE GAMME

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Free a ouvert un front supplémentaire dans son offensive sur le marché français du mobile en annonçant la location de smartphones dans le cadre de ses forfaits après avoir déjà bousculé ses concurrents sur le terrain de la 4G.

La filiale mobile d'Iliad avait suscité une forte attente en promettant une offre donnant accès à un téléphone portable, tout en restant mystérieuse sur ses contours.

Dans un communiqué, le groupe indique mardi que ses abonnés au forfait à 19,99 euros par mois pourront accéder à des smartphones haut de gamme pour 12 euros mensuels sur 24 mois avec un paiement initial à partir de 49 euros.

"Au niveau du prix, c'est très attractif. La grande question est de savoir si les Français vont aimer ce système consistant à louer leur téléphone", estime Stéphane Beyazian, analyste à Raymond James.

L'offre pourrait séduire les "smartphone addicts", désireux de renouveler fréquemment leur appareil, ainsi que les consommateurs qui ne peuvent pas se permettre de débourser entre 500 et 700 euros pour acquérir un appareil très prisé. Elle pourrait en revanche laisser de marbre la frange des consommateurs habitués à posséder leur téléphone.

Dans son communiqué, Free explique que les abonnés tentés par un iPhone 5S, l'un des smartphones vedettes de Noël, pourraient ainsi réaliser une économie de l'ordre de 40%. Ils s'acquitteraient en effet d'un paiement initial de 99 euros puis de 24 mensualités de 12 euros, soit 387 euros au total à comparer à 665 euros pour un achat comptant du téléphone.

L'appareil devra être restitué à l'issue des 24 mois et si le forfait est sans engagement, l'abonné devra payer 5 euros par mois supplémentaire pour continuer à louer le smartphone s'il décide de quitter Free pour un autre opérateur.

"Clairement, c'est une stratégie très agressive et nous pensons qu'elle devrait constituer un nouveau facteur de déstabilisation du marché français des télécoms et forcer les concurrents d'Iliad à réagir pour ne pas perdre davantage de parts de marché", estime Espirito Santo dans une note.

RUPTURE

L'arrivée de Free sur le marché des offres incluant des portables était anticipée par le marché car jugée indispensable pour permettre à l'opérateur d'atteindre son objectif de 25% de parts de marché à long terme.

Le quatrième entrant, qui a capté à ce jour 11% du marché du mobile grâce à deux offres "nues", a cependant choisi un modèle différent de ses trois principaux concurrents qui, eux, financent une partie de l'achat de smartphones pour leurs abonnés en contrepartie de leur engagement sur 12 ou 24 mois.

A ce jour, seul l'opérateur mobile virtuel Virgin Mobile a expérimenté un dispositif de location, mais limité à un seul modèle de téléphone.

En Bourse, l'action Iliad cède 0,44% à 170,35 euros en fin de matinée, tandis qu'Orange perd 0,56% et Bouygues Telecom 1,8%, dans un marché en baisse de 0,98%. Vivendi, maison mère de l'opérateur SFR, résiste en revanche et gagne 0,5%.

Free avait déjà créé la rupture dans le très haut débit mobile en annonçant au début du mois qu'il proposait la 4G au prix de la 3G, ce qui a obligé ses concurrents à infléchir leur stratégie tarifaire.

Bouygues Telecom a annoncé lundi soir inclure sans surcoût le très haut débit mobile dès 19,99 euros par mois dans sa gamme low cost B&You, s'alignant ainsi sur Free, après avoir déjà modifié ses forfaits traditionnels.

Orange, dont les dirigeants ont raillé l'offre 4G de Free dans les médias, a lui aussi changé son fusil d'épaule et annoncé ce mardi qu'il proposerait la 4G dans son offre à bas coût Sosh pour 24,99 euros par mois à partir de janvier.

Seul SFR maintient pour l'instant ses offres inchangées.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant