Frédéric Oudéa : «Il faut casser la spirale des peurs»

le
0
INTERVIEW - Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, préside la Fédération bancaire française et répond à ce titre aux inquiétudes sur la solidité du secteur.

Les banques françaises appellent les gouvernements à mettre en œuvre le plan du 21 juillet dernier en faveur de la Grèce.

LE FIGARO. - Les banques françaises sont fortement attaquées en Bourse. Faut-il les recapitaliser, le cas échéant avec l'aide de l'État, comme l'avait suggéré Christine Lagarde ?

Frédéric OUDÉA . - Il faut que les marchés retrouvent un peu de rationalité. La Grèce, puisque c'est la situation de ce pays qui cristallise aujourd'hui toutes les peurs, n'est pas un enjeu pour la solvabilité des banques françaises. Et ce quel que soit le scénario : il suffit de comparer nos engagements sur l'État grec avec le niveau de nos profits ou notre base de capital. Je m'abstiendrai de commenter les propos de tel ou tel, mais il ne me paraît pas pertinent de porter un jugement général sur la situation des banques européennes. Les stress tests qui avaient été menés avant l'été ont démontré qu'un nombre restreint de petits établissements a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant