Frédéric Michalak : " Ça a été dur de s'y remettre "

le
0
Frédéric Michalak : " Ça a été dur de s'y remettre "
Frédéric Michalak : " Ça a été dur de s'y remettre "

Après quelques jours de repos, les Bleus sont revenus à Marcoussis pour entamer la dernière ligne droite avant le Mondial. Si la reprise a été difficile, les ambitions sont toujours aussi hautes pour Frédéric Michalak.

Frédéric Michalak, n'était-ce pas trop dur de se remettre au boulot après cinq jours de vacances ?
Oui ça a été dur de s'y remettre le premier jour. On a fait une très grosse séance de watt-bike et ça a été difficile surtout au niveau des jambes. On s'y remet et on a quand même fait quelques entraînements à la maison.

Vous vous concentrez plus sur la compétition maintenant que vous êtes 31 ?
On y était déjà à 36. L'ambiance était morose (au moment de l’annonce des cinq recalés). C'est difficile de perdre cinq collègues. On aurait pu partir à 36, ça aurait été encore mieux. Ce n'est pas un moment facile à vivre pour les joueurs qui partent et pour le groupe aussi. Aujourd'hui on fait avec et on se concentre sur le match de préparation de samedi (face à l'Ecosse, ndlr).

C'est un soulagement d'être dans les 31 ?
Ce n'est pas un soulagement d'être là. On est tous dans le même état d'esprit. On a envie que l'équipe de France gagne. On a tout donné sur le terrain, pendant les séances de physique, en montagne, avec le GIGN... On a tout fait !

« Il y a des petits trucs qu'on doit régler »

Ça s'est bien passé avec Sébastien Tillous-Borde à la mêlée face aux Anglais...
Oui ça s'est bien passé collectivement face aux Anglais. On a fait de bons lancements de jeu et on a réussi à mettre en place ce qu'on avait travaillé durant la semaine. Derrière, il y a du travail, notamment sur la défense. On a pris encore deux essais. Il y a des petits trucs qu'on doit régler. Les matchs amicaux nous permettent de le faire.

Comment ça s'est passé avec les basketteurs de l'équipe de France, qui sont venus vous voir à Marcoussis ce lundi ?
C'est cool de les voir, de partager un bon moment avec toute l'équipe de France de basket. Ce sont des joueurs très accessibles qui eux aussi vont attaquer une grosse compet’. Mais ils sont très relax vis à vis de ça. On les sent détendus et confiants. C'est agréable de pouvoir échanger sur leur façon de s'entrainer et de voir qu'ils jouent quatre matchs en cinq jours. C'est hallucinant ! Mais eux aussi ne comprennent pas comment on arrive à encaisser autant de coups. C'est assez rigolo quand on voit les gabarits.

« Toutes les équipes se tiennent et peuvent prétendre au titre »

Avez-vous jeté un coup d'oeil aux résultats des autres équipes, surtout de l'Hémisphère Sud ?
Oui. Je pense que les Néo-Zélandais, les Australiens et les Sud-Africains auront une préparation moins étoffée que la nôtre. Ils ont fait des matchs de haut niveau mais physiquement ils vont avoir un peu de mal face aux nations du Nord, qui ont eu une préparation physique de grande qualité. Toutes les équipes se tiennent et peuvent prétendre au titre.

Avez-vous étudié le jeu de l'Ecosse, qui a battu l'Italie ce week-end ?
Oui ils ont la capacité de tenir le ballon. Ils sont très solides et ont des joueurs imprévisibles. Après, l'Italie n'a pas forcément remporté ses duels. C'est à nous de faire en sorte qu'on gagne ces un contre un. C'est important d'appuyer sur nos points forts. Il faut faire un bon match. Ça sera rassurant pour nous tous.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant