Frédéric Mazella : « Le covoiturage n'est pas rentable pour les professionnels »

le
1
Le modèle du covoiturage tel qu'il a été défini dans la loi de 2013 s'est construit sur un partage de frais à hauteur de 6 centimes d'euro le kilomètre parcouru.
Le modèle du covoiturage tel qu'il a été défini dans la loi de 2013 s'est construit sur un partage de frais à hauteur de 6 centimes d'euro le kilomètre parcouru.

Développer une offre commerciale sur Blablacar ne pourrait avoir pour résultat que de perdre de l’argent, explique Frédéric Mazella, PDG et fondateur de l’entreprise.

Pour le fondateur de Blablacar, le covoiturage repose sur le partage de frais et exclut la notion de profit.

La plate-forme de covoiturage Blablacar est l’une des rares plates-formes qui ne se professionnalise pas. Pourquoi ?

La professionnalisation des conducteurs n’y serait pas rentable. Le modèle du covoiturage tel qu’il a été défini dans la loi de 2013 s’est construit sur un partage de frais à hauteur de 6 centimes d’euro le kilomètre parcouru. Un niveau très bas, sachant que le barème fiscal de remboursement des frais professionnels est, selon le type de voiture, de 40 à 60 centimes d’euro le kilomètre. Et que le kilomètre d’une course de taxi se paie entre 1 et 3 euros selon les zones et les tranches horaires.

Même avec trois passagers, les 18 centimes d’euro le kilomètre restent encore deux à trois fois plus faibles que le barème fiscal, et cinq à quinze fois plus bas que le prix d’une course de taxi !

Développer une offre commerciale sur Blablacar ne peut avoir pour résultat que de perdre de l’argent. Les 20 euros par passager que rapporte un Paris-Nantes à un conducteur ne suffiront jamais à payer la totalité des frais liés à la voiture, de l’essence au péage en passant par la dépréciation du véhicule, le parking, les réparations, etc. L’esprit du partage des frais ne sera jamais de générer un revenu bénéficiaire pour le conducteur.

Pour les conducteurs de van pour neuf à dix personnes, l’opération peut toutefois devenir rentable…

On surveille sur la plate-fo...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pcuquel il y a 8 mois

    Donc c'est rentable pour celui qui roule beaucoup puisque non commercial s'il remplit sa voiture (d'autant s'il est remboursé de ses frais de route !) quand il aurait pu être seul, mais surtout comment bal-bla-car peut-elle être rentable alors ?