Freddy Rincon, du Real en cavale

le
0
Freddy Rincon, du Real en cavale
Freddy Rincon, du Real en cavale

Joueur vedette de la Colombie des nineties, Freddy Rincon est aujourd'hui un homme en fuite. Déjà enquiquiné par la justice panaméenne en 2007 et emprisonné au Brésil durant quatre mois, il se retrouve de nouveau avec un mandat d'arrêt international sur le dos. Une histoire aux relents de déjà-vu entre ballon rond et cartels de la drogue.

Le stade Giuseppe Meazza rayonne en ce début de soirée estival. Plus que ces quelques rayons de soleil, l'audience de l'antre milanaise profite d'une rencontre ô combien incertaine. Alors que Pierre Littbarski, milieu offensif de de la RFA, pense offrir aux siens un succès sur le gong, les Cafeteros répondent par une égalisation en forme de feux d'artifice. Un résumé du football prôné par Fransisco Maturana que conclut Freddy Rincon, alors pointe de l'America de Cali, et qui envoie la Colombie en huitième de finale de la Coupe du monde 1990 - justement remportée par l'Allemagne de l'Ouest. Notamment passé par le Real Madrid ou encore le Napoli, le nom du Colosse de Buenaventura flirte aujourd'hui avec une actualité loin des fastes et des joies du ballon rond. Recherché par Interpol pour "blanchiment d'argent" et "traffic de drogues" au Panama, il se défend de tout délit, sans pour autant avancer de preuve de son innocence. Un nouvel épisode judiciaire qui rappelle une autre affaire, datant de 2009, et, plus largement, les liens qu'entretiennent les cartels colombiens avec le sport roi.


"Le Panama ne possède aucune preuve contre moi et c'est pour cette même raison que le Brésil a classé l'affaire me concernant, explique-t-il fin avril au media colombien Semana. C'est également ce que devrait faire la Colombie. Cela me paraît étrange de constater que quand je souhaite reprendre une vie normale et retrouver du travail dans le football, cet avis de recherche d'Interpol apparaisse". Aujourd'hui âgé de 48 ans, Freddy Rincon grandit dans la province colombienne dont Bonaventura est la capitale. Durant cette jeunesse sans un sous, il côtoie les frères Rayo Montaño. Pablo, le plus jeune de la fratrie, quitte rapidement le monde de la pêche pour celui, plus prolifique, du narco-traffic. De sous-fifre, son statut passe rapidement à celui de capo. Cette relation juvénile entre l'international des Cafeteros et celui qui se fait nommer El Tio ne se désagrège jamais. Pas même lors des passages de Rincon en Europe. Recruté par le Real Madrid à l'été 1995 sur les ordres de Jorge Valdano, il connait le même destin que son…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant