Freddie Mercury, la moustache et le cuir

le
0
Freddie Mercury, la moustache et le cuir
Freddie Mercury, la moustache et le cuir

Diva britannique d'origine indienne, moustache et dents en avant, homosexuel et séropositif, Farrokh Bulsara n'avait a priori rien à voir avec le cuir. Et pourtant encore aujourd'hui, 24 ans après sa mort, en ce jour de Ligue des Champions, il n'est pas rare d'entendre son ode aux vainqueurs au terme d'une rencontre.

Le… mai 1993 au soir, la France, ou du moins le sud-est de la France, a le poil dressé devant son poste de télévision. Quelques minutes plus tôt, Basile Boli sautait plus haut que Frank Rijkaard et propulsait l'OM tout en haut de l'Europe. Suffisant pour que Thierry Roland sorte l'une des plus belles punchlines de l'histoire du foot : "Vous savez quand Bernard Tapie dit que c'était un match d'homme, c'est vrai parce que ce soir, si vous me pardonnez l'expression, il fallait en avoir… ". Suffisant aussi pour que tous les Marseillais sautent en l'air comme des enfants. Tout ça, sur un air devenu mythique au Vélodrome, "We are the champions", ou l'hymne des vainqueurs associé, depuis plusieurs décennies, aux victoires sportives.

Youtube

Manichéisme et simplicité


A priori donc, rien de bien méchant dans cette mélodie. Juste une vision un peu américaine de choses : "Nous sommes les champions, vous êtes les perdants", pas toujours facile à digérer pour ces derniers. Et les DJ de stade n'hésitent d'ailleurs pas à envoyer la sauce pour ponctuer les finales de Ligue des Champions ou de Coupe du Monde. Marseille en 1993, la France en 1998, l'Italie en 2006 ou encore l'Espagne en 2008.

Youtube
Aujourd'hui, plusieurs dizaines d'années après la sortie du titre, comment expliquer que cette musique résonne encore dans nos stades ? En fait, le moustachu a simplement tapé juste, comme il l'explique lui-même en 1977 au moment de la sortie de l'album News of the World : "Je pensais au football quand j'ai écrit cette chanson. Je voulais un titre participatif, sur lequel les supporters pourraient chanter. J'ai donné un côté plus théâtral qu'un hymne sportif classique, plus subtil que ce que l'on retrouve d'habitude dans la plupart des chansons de fans de foot."

Une idée nouvelle de la composition musicale plus évidente à comprendre quand on écoute We will rock you, titre intimement lié au premier. En gros, Queen voulait créer un truc qui reste en tête, une mélodie facile à retenir et reprenable facilement par le public,…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant