Fraudes sociales : 2 millions de préjudice en 2012 à Paris

le
0
INFOGRAPHIE - Le préfet de police et le procureur de la République ont établi jeudi un premier bilan de l'action du comité opérationnel départemental anti-fraude.

Travail au noir, arnaques à l'assurance-chômage, aux allocations familiales, à la Sécurité sociale... Le comité opérationnel départemental anti-fraude (Codaf) a dressé jeudi un premier bilan 2012 dont il ressort que les escroqueries en tous genres ayant pu être détectées ont déjà coûté un peu plus de 2 millions d'euros aux organismes sociaux depuis début janvier à Paris.

Face à l'ampleur des malversations constatées à l'époque, le Codaf avait été créé le 25 mars 2010, mais il n'était devenu vraiment opérationnel qu'à la fin d'une année où la Préfecture de police (PP) estima à «quelque 30 millions d'euros» le coût des fraudes sociales dans la capitale.

Concrètement, le dispositif «facilite les échanges de données entre services de l'État (police, services fiscaux, douanes) et organismes sociaux (CAF, CPAM, Cnav, Urssaf, Pôle emploi) sous la direction conjointe du préfet de police et du procureur de la République ». Neuf policiers affec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant