Fraude : les mauvaises surprises de Noël

le
0
Fraude : les mauvaises surprises de Noël
Fraude : les mauvaises surprises de Noël

Dans l'atelier du Père Noël, les lutins mettent un point d'honneur à concevoir des cadeaux parfaits. Mais dans la vraie vie, les jouets que l'on retrouve au pied du sapin et les produits de la table achetés pour le réveillon nous réservent parfois quelques mauvaises surprises confirmées par le bilan dévoilé aujourd'hui par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Cinq cent soixante procès-verbaux ont été dressés depuis un mois et 4 000 avertissements délivrés à des fabricants ou distributeurs de produits festifs. Plus de 24 000 vérifications ont été effectuées auprès de 8 050 établissements.

« Nos contrôles sont désormais plus ciblés, notamment sur les marchés de plein air où il y a beaucoup plus de risques de tomber sur des infractions que dans les réseaux de grande distribution, qui sont beaucoup plus contrôlés en amont, souligne la porte-parole de la DGCCRF, Marie Taillard. Nous vérifions notamment les jouets qui arrivent en France par des voies parallèles. » La mise en vente de petits trains prénoms en bois ne portant ni marquage CE de conformité, ni coordonnées du fabricant a ainsi été constatée il y a quelques semaines sur un marché de Basse-Normandie. Les analyses ayant confirmé la dangerosité du jouet, tous les produits ont été saisis.

« C'est en dehors des circuits classiques de distribution que l'on trouve le plus de jouets non conformes », signale Marie Taillard. Les agents de la DGCCRF s'intéressent notamment de près aux magasins spécialisés dans la revente de produits à 1 €.

En matière alimentaire, c'est sur les petits marchés qu'ils font parfois de drôles de découvertes. Dans ce domaine, la DGCCRF a effectué 11 750 vérifications au sein de 3 400 établissements. Résultat : 26 % étaient en infraction. A l'image de ce professionnel qui vendait du fromage et des saucissons sur un marché de Noël de Bretagne. Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant