Fraude alimentaire : l'ONG Food Watch dénonce 5 produits

le
0
Fraude alimentaire : l'ONG Food Watch dénonce 5 produits
Fraude alimentaire : l'ONG Food Watch dénonce 5 produits

L'ONG allemande Food Watch, spécialiste de la dénonciation des fraudes alimentaires, cible cinq produits aux affirmations et étiquettes mensongères pour sa première campagne en France et lance une pétition contre Michel-Edouard Leclerc, patron de l'enseigne éponyme.

Créée en 2002 dans la foulée du scandale de la vache folle pour défendre les consommateurs contre l'industrie agroalimentaire et la grande distribution, Food Watch a présenté mardi à Paris des filets de dinde «à l'étouffée» (E.Leclerc), une vinaigrette «aux tomates séchées» (Puget), des yaourts bio «aux fruits» (Vrai), des raviolis «au jambon cru et parmesan» (Lustucru) et une soupe en sachet «au boeuf et aux carottes» (Maggi) dont elle conteste les appellations et les étiquettes, estimant que ces «ruses des industriels induisent les clients en erreur».

Pour chaque produit, Food Watch a contacté l'industriel et réclamé des explications, rarement obtenues puisqu'«aucune loi ne contraint les fabricants à la transparence», a insisté Ingrid Kragl, directrice de l'information de Food Watch France. Le pire étant que «les fausses déclarations sont légales» au regard de la loi française, même si elles sont «illégitimes».

84% de viande dans le filet de dinde...

Pour les tranches de filet de dinde «100%» filet, le produit ne contient que «84% de viande, le reste c'est de l'eau, des additifs et du sel» a-t-elle remarqué: «ainsi le consommateur paye six tranches de dinde, en réalité le paquet n'en compte réellement que cinq».

Mais Leclerc, le fabricant, a répondu que sa dinde était légale: «elle répond bien au code de bonnes pratiques, qui a été élaboré par l'industrie et validé par la DGCCRF», le service de répression des fraudes. Pour la peine, Michel-Edouard Leclerc, le patron des hyper et supermarchés éponymes se retrouve la cible de la première pétition de l'ONG dans l'Hexagone, Non à la dinde à l'eau!».

Capture ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant