Frappes contre l'EI en Irak : la France va «accentuer le rythme», annonce Le Drian

le
0
Frappes contre l'EI en Irak : la France va «accentuer le rythme», annonce Le Drian
Frappes contre l'EI en Irak : la France va «accentuer le rythme», annonce Le Drian

Les frappes aériennes en Irak contre le groupe Etat islamique (EI) vont se faire de plus en plus intenses. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé dimanche que la France allait «accentuer» le «rythme de patrouille». «Ce n'est plus un groupe terroriste, c'est quasiment une armée terroriste, il y a 20 000, 25 000, 30 000 combattants qui sont correctement armés» a-t-il décrit au «Grand Jury» sur LCI-RTL-Le Figaro.

Selon Jean-Yves Le Driani, «avec neuf (avions) Rafale sur zone», la France peut «faire deux patrouilles par jour». Depuis le début de l'intervention militaire au-dessus de l'Irak, la France a jusqu'ici pratiqué deux frappes aériennes contre des positions du groupe Etat islamique, à chaque fois des dépôts logistiques. 

Pas d'intervention en Syrie pour le moment

Concernant d'éventuelles frappes en Syrie, le ministre a expliqué que «notre action en Syrie se poursuit» avec une aide apportée à l'Armée syrienne libre. «Nous lui fournissions les moyens d'agir», a-t-il dit. Un discours également relayé par Laurent Fabius, ministère des Affaires étrangères, depuis le Japon, où il se trouve en déplacement. «En Syrie nous contribuons à la formation de l'opposition modérée mais nous n'avons pas décidé d'intervention, et nous sommes coordonnés avec les Etats-Unis et les pays arabes», a rappelé Laurent Fabius.

«En Syrie, c'est le gouvernement d'un dictateur, Bachar el-Assad, et il s'agit donc à la fois de lutter contre le groupe Daech (groupe Etat islamique) sans pour autant faire ceci à l'avantage de Bachar el-Assad. Il faut donc former l'opposition modérée, ce que nous faisons ainsi que les Américains et d'autres. Les choses risquent d'être assez longues», a ajouté le ministre. 

Laurent Fabius a par ailleurs insisté sur la nécessité d'absolument «couper les financements de ce groupe terroriste, ce qui suppose notamment de s'opposer à tout achat de pétrole, ce qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant