Frappes contre Daech en Syrie : plus de 500 jihadistes tués en un mois

le
0
Frappes contre Daech en Syrie : plus de 500 jihadistes tués en un mois
Frappes contre Daech en Syrie : plus de 500 jihadistes tués en un mois

Les frappes aériennes de la coalition ont tué plus de 500 combattants de Daech (acronyme arabe pour groupe de l'Etat islamique) et du Front al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) en Syrie depuis un mois. Ce qui n'empêche pas les membres de Daech de se battre dans les rues de Kobané, ville frontalière à la Turquie où les résistants kurdes attendent des renforts promis par le Kurdistan irakien. 

Les Etats-Unis, aidés de leurs alliés du monde arabe, ont débuté le 23 septembre les frappes sur le front syrien en visant Daech et des positions d'al-Nosra, dont le rôle dans cette guerre est de combattre à la fois le régime Bachar al-Assad et les jihadistes de Daech. Au total, 553 personnes ont été tuées lors des frappes, selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 464 membres de Daech et 57 d'al-Nosra, 32 civils, dont six enfants et cinq femmes, auraient également été touchés. L'OSDH précise que la «grande majorité» n'était pas composée de Syriens mais de combattants venus de l'étranger. 

Quatre jeunes jihadistes âgés de 20 à 30 ans, tous originaires de Lunel (Hérault), auraient d'ailleurs été tués le week-end dernier en Syrie, révèle le site du Midi-Libre. Selon le quotidien régional, la nouvelle de leur décès a été transmise via les réseaux sociaux par leurs compagnes.

VIDEO. Violents combats à Kobané filmés depuis la Turquie

Nouvelle avancée de Daech à Kobané

L'un des principaux buts de ces frappes est de stopper la progression de Daech, notamment à Kobané, ville défendue par les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). La majeure partie de la ville serait d'ailleurs aux mains de YPG selon les Etats-Unis. Mais Daech «a réussi à avancer au nord de Kobané et dans le centre-ville après un cycle de violents combats qui ont éclaté hier (ndlr, mercredi) et se sont poursuivis jusqu'à jeudi matin», a déclaré jeudi le directeur de l'OSDH. 

Il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant