Franprix teste des caisses mobiles

le
0

Les employés de l'enseigne sont spécialement équipés pour permettre aux clients de régler leurs achats en rayon.

L'horrible file d'attente, les clients la redoutent, les enseignes lui font la guerre. Après les caisses automatiques, la grande distribution sort sa nouvelle arme dans la bataille du gain de temps: la caisse mobile. Depuis le 31 mars, Franprix teste ce dispositif où les employés se déplacent dans les rayons, à la rencontre des clients, et leur proposent de régler directement leurs achats. Un modèle calqué sur celui des Apple stores, à la différence près que les consommateurs ont cette fois-ci la possibilité de régler en espèces. L'idée n'est pas de remplacer les caisses statiques, mais d'apporter une solution supplémentaire, notamment «en période d'affluence», où «ce nouveau système permettra d'ajouter une ou plusieurs caisses en quelques secondes», indique dans un communiqué Stéphane Tuot, responsable des flux chez Franprix.

Pour réaliser l'opération, l'enseigne du groupe Casino n'a pas hésité à charger ses collaborateurs. Bague scanner pour enregistrer les produits, terminal pour les paiements par carte bancaire, monnayeur pour la gestion des espèces et une tablette en guise de tableau de bord, les caissiers du futur ne se contenteront plus de leur tablier orange. Toute une panoplie nécessaire pour assurer au consommateur le même service qu'en caisse traditionnelle, à l'exception près du pesage des fruits et légumes. «L'équipement n'est pas très lourd, il est même plutôt assez supportable, puisqu'il y a un support et des sangles pour la tablette par exemple», rassure Franprix.

«Les caisses mobiles pourront se substituer aux caisses physiques»

Le dispositif semble ainsi plutôt convenir aux petits paniers qu'aux grands sacs cabas. D'ailleurs, il devrait être davantage développé dans les petits magasins, où «les caisses mobiles pourront se substituer aux caisses physiques par un souci de gain d'espace», indique le communiqué. Ces mètres carrés récupérés pourront accueillir des espaces de relais poste, ou encore des bornes Western Union pour envoyer de l'argent à l'étranger, déjà présentes dans certains magasins.

L'encaissement mobile fait partie du concept «Mandarine», lancé en mai 2015, dont l'objectif est de renouveler les services de Franprix. Pour l'instant, seuls deux magasins pilotes situés à Paris testent ce nouveau dispositif, mais l'enseigne compte le déployer dans plus de 100 magasins en 2016.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant