Frank Rijkaard : "Cruijff est et reste le numéro un"

le
0
Frank Rijkaard : "Cruijff est et reste le numéro un"
Frank Rijkaard : "Cruijff est et reste le numéro un"

De tous les joueurs passés sous les ordres de Johan Cruijff, Frank Rijkaard est sans doute celui qui fut le plus influencé par le triple Ballon d'or. Sans doute la raison pour laquelle il appelle encore ce dernier "le maestro". Et ce, même si ça n'a pas toujours été facile entre ces deux fortes têtes.

Vous rappelez-vous la première fois que vous avez rencontré Johan Cruijff ? Je me souviens l'avoir rencontré pour la première fois à l'Ajax alors que j'évoluais en jeunes au début des années 80. Il nous avait rendu visite parce qu'il devait retravailler avec l'Ajax pour essayer de ramener le club au niveau qui devait être le sien. Ce qui m'a le plus marqué, c'était sa présence. Rien que cela suffisait à être complètement béat. Sentir cette fierté de lui serrer la main, de lui parler. Une présence toute naturelle quand il s'agissait de parler aux joueurs, de nous mettre à l'aise. C'était un immense honneur pour nous.
Quelle est chose la plus importante qu'il vous a inculquée ? Par-dessus tout, je pense que le simple fait de l'avoir vu jouer lorsqu'il évoluait à l'Ajax, autant pendant les entraînements que pendant les matchs. Il était très important pour nous de voir la façon dont il traitait la balle, ses capacités, sa vision de jeu et tout ce qui s'ensuit. Parce que si tu vois quelqu'un faire des gestes incroyables, que tu imaginais impensables, tu te mets à y réfléchir et à vouloir les reproduire. Rien que cela peut décupler le potentiel d'un joueur talentueux et le faire atteindre un niveau tout autre. Personnellement, je me souviens qu'il m'a appris à frapper avec mon pied gauche. Il me disait que c'était avant tout une question d'équilibre, que tu devais te servir de ton bras droit aussi. "Débarrasse-toi de ton bras quand tu frappes du gauche", qu'il disait. J'ai travaillé ça et, en un jour ou deux, je savais le faire. Jusqu'ici, j'étais incapable de me servir de mon pied gauche et d'un coup, je pouvais frapper avec. Bon, je n'ai jamais eu la classe et la précision du "maestro" en personne, mais j'ai quand même marqué quelques buts avec ce pied gauche plus tard dans ma carrière.
Comment décririez-vous le football de Cruijff ? De l'art dans l'élégance et la manière de faire fonctionner la technique des joueurs, de la vision dans la lecture de jeu et du leadership. Parce qu'il est et il reste le numéro 1.
À votre avis, qu'est-ce qu'il a su avant les autres ? Il pensait simplement avec trois temps d'avance par rapport aux autres. Il lisait le jeu beaucoup plus…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant