Francophonie : «Le combat contre le terrorisme est aussi le nôtre»

le
0
Francophonie : «Le combat contre le terrorisme est aussi le nôtre»
Francophonie : «Le combat contre le terrorisme est aussi le nôtre»

Élue en novembre secrétaire générale de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), la Canadienne d'origine haïtienne Michaëlle Jean, 57 ans, a placé la Journée internationale de la francophonie, aujourd'hui, sous le signe du climat.

A quoi sert aujourd'hui la francophonie ?

Michaëlle Jean, secrétaire générale de la francophonie : C'est une question à laquelle il est urgent de répondre car je vois un grand déficit de compréhension à ce sujet. La francophonie c'est un espace très divers, réparti sur les cinq continents, avec une langue en partage. Nous rassemblons 80 pays, soit plus du tiers des pays représentés à l'ONU. Ce n'est pas banal. C'est un levier extraordinaire pour se rencontrer et pour agir ensemble. Lors du dernier sommet de la francophonie à Dakar, fin 2014, il a été décidé de développer les relations commerciales entre nous. Nous sommes aussi attentifs à la démocratie et aux Droits de l'Homme. C'est pourquoi nous serons présents dans la vingtaine de pays où auront lieu cette année des élections générales pour accompagner le processus électoral auprès de la société civile.

Quelle a été votre réaction en apprenant l'attaque terroriste contre la Tunisie, ce pays francophone du Maghreb ?

Horreur et consternation sont les deux mots qui me sont venus à l'annonce de l'attentat. Nous sommes tous concernés par ce qui s'est passé en Tunisie : hier au Canada, en France ou au Danemark ! L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) compte parmi ses membres beaucoup d'Etats victimes directes du terrorisme comme le Niger, le Cameroun, le Mali. Le combat contre le terrorisme est aussi celui de la communauté francophone. Rien n'est plus dangereux que la police des idées, la terreur des armes et la corruption des esprits. Or le terrorisme vise la totale emprise sur nos esprits, le règne de la terreur et le contrôle de nos pensées et de nos actes. A Tunis, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant