François relance la guerre du genre

le , mis à jour à 06:06
0
François relance la guerre du genre
François relance la guerre du genre

C'est une mise en lumière littéralement tombée du ciel pour les militants « anti-gender » dont la cause semblait replongée dans l'indifférence. Dimanche soir, dans l'avion qui le ramenait du Caucase, le pape François a réactivé la guerre du genre, accusant les manuels scolaires français d'une «colonisation idéologique » qui gommerait dans l'esprit des jeunes les frontières entre les sexes, allant « contre les choses naturelles » et en particulier contre l'institution du mariage. Une manière pour le souverain pontife, « qui est un fin stratège, de rassurer l'aile conservatrice de l'Eglise », avance Jean-François Colosimo, historien des religions spécialiste du catholicisme.

 

« Ce discours, dans son style pastoral habituel, ressemble à un message interne, pas forcément dirigé vers la France, » estime le spécialiste. Mais, en pleine période pré-électorale, et alors que la Manif pour tous prépare son come-back avec un défilé le 16 octobre, cette sortie suscite l'incompréhension des politiques — y compris à droite — et laisse le milieu enseignant pantois... et inquiet.

 

« Jusqu'ici, aucun de mes élèves n'a contesté le contenu de mes cours, mais peut-être que ça viendra, après un buzz pareil », déplore ce professeur de biologie d'un collège catholique, qui préfère taire son nom par crainte de représailles des milieux traditionalistes.  Les professeurs savent d'expérience quel degré d'hystérie peut atteindre le débat sur ce terrain miné.

 

En 2014, les salles de classes s'étaient retrouvées au centre d'une violente controverse à propos des ABCD de l'égalité, une expérimentation visant à combattre en primaire les stéréotypes de genre. L'affaire avait poussé des parents d'élèves, inquiets et méfiants à l'égard du contenu des enseignement, à participer à un boycott, une Journée du retrait de l'école.

 

En 2011, c'est au lycée que le feu avait pris, à propos ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant