François Rebsamen : "C'est avec Maradona que j'ai appris le coup du foulard"

le
0
François Rebsamen : "C'est avec Maradona que j'ai appris le coup du foulard"
François Rebsamen : "C'est avec Maradona que j'ai appris le coup du foulard"

Il avait annoncé en juin 2014 l'écriture d'un livre sur "l'histoire politique des Coupes du monde de football depuis 1958". Problème, François Rebsamen était alors ministre du Travail. Le tollé qui avait suivi l'avait obligé à annuler la sortie de son bébé, un "traumatisme" pour ce fan de Di Stéfano, du joga bonito de Pelé et de la France de Battiston. Le maire de Dijon fait son mea culpa.

Tout au fond de son grand bureau lumineux de la mairie de Dijon, juste derrière son bureau en bois et sa lampe de chevet design, un immense tableau rouge. Au portrait, une petite fille africaine en taille 2x3m, criarde touche d'art contemporain dans une pièce où trône une cheminée classieuse sur le côté opposé. "Mettez-vous à l'aise", pose-t-il d'entrée, sourire aux lèvres. Il ôte sa veste de costume bleu foncé assortie au pantalon, desserre légèrement sa cravate. Il porte une chemise du même blanc que ses cheveux soigneusement peignés sur le côté. Lorsqu'il s'agit de parler football, parler passion, pas de place pour les costumes.

(Entretien réalisé le 23/09, ndlr) Dijon jouait hier contre Sochaux, vous avez regardé le match ? Oui bien sûr. On a eu chaud, on n'a pas été très très bons. La première mi-temps a été difficile, en espérant qu'on ait la chance du champion comme on dit, parce que les matchs qu'on gagne 1-0, ça pourrait basculer dans l'autre sens. J'ai regardé le multi-Ligue 2 sur Bein, sinon j'écoute la radio ! Enfin, dès que je peux
Vous avez le temps d'aller au stade ? J'y vais tous les vendredis depuis que je suis à nouveau maire de Dijon, j'ai tout le temps. Quand j'étais ministre, j'y allais moins souvent, mais je venais quand même de temps en temps, hein ! J'adore ça, voilà.
C'est possible de concilier cette passion avec une fonction politique, en particulier celle de ministre ? Oui, parce que quand on a un président qui aime le foot, ça permet d'échanger. Un Premier ministre aussi Mais lui, il est à part, Valls, il est Barça. C'est pas le même championnat (il sourit). Non, mais on est quelques-uns à aimer le foot ou à avoir joué au foot. Le Foll, il a joué au foot, Cuvillier, maire de Boulogne, on avait acheté Grégory Thil là-bas. Le maire de Brest, il aime le foot Les maires de grandes villes que je connais en général aiment le foot.
En Conseil des ministres, ça parle de football ? Ah pas en Conseil des ministres ! Mais dans les dîners, quand on est seuls avec le président, oui. Il est fan de Rouen. Bon, ce n'est plus une grande équipe, les Diables rouges, ils n'ont plus rien de diables.
Fin juin…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant