François Pupponi (Sarcelles, PS) : les ghettos, «une spirale infernale»

le
14
François Pupponi (Sarcelles, PS) : les ghettos, «une spirale infernale»
François Pupponi (Sarcelles, PS) : les ghettos, «une spirale infernale»

« Si cela continue, la mixité sociale on n'y arrivera jamais... » Dans le quartier des Sablons à Sarcelles (Val-d'Oise), le maire PS François Pupponi contemple les immeubles sortis de terre avec fierté et inquiétude. Voilà dix ans que la municipalité travaille pour transformer « le grand ensemble », ces barres d'immeubles à perte de vue, symboles de l'urbanisation des années 1960.

Le vaste programme dessiné dans le cadre de l'Anru (rénovation urbaine) commence à produire ses premiers résultats. Aux Sablons, environ 850 logements sont sortis de terre pour remplacer les immeubles les plus détériorés. Il ne s'agit que de la moitié du programme. « Autrefois, c'était un quartier constitué à 100% de logements sociaux, explique François Pupponi, également président de l'Anru. L'idée, c'est de reloger les habitants de Sarcelles, évidemment, mais aussi de faire venir d'autres foyers qui ont davantage de revenus. »

Solliciter les villes carencées en logements sociaux

D'un geste de la main, il désigne un terrain encore vierge. « Là nous allons même proposer des logements en accession à la propriété pour diversifier la population. Mais si, en parallèle, on fait venir des familles en très grande précarité, cela va encore paupériser le quartier. » Pour François Pupponi, le relogement des bénériciaires du Dalo (droit au logement opposable) dans des villes déjà pauvres est « une spirale infernale qui ghettoïse le ghetto. On ne peut plus continuer comme ça. » L'élu souhaite interdire l'attribution des logements Dalo dans les quartiers déjà en difficulté, et dans les villes dont le parc immobilier est déjà à moitié constitué de logements sociaux (Sarcelles en a 51%). « Il faut partager », déclare l'élu, estimant que les familles relevant du Dalo pourraient être affectées dans les villes carencées en logements sociaux.

Une odeur de peinture se dégage d'un bâtiment noir, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 le dimanche 22 fév 2015 à 11:57

    Qui a laissé s'amorcer la spirale ? avec quels arguments, mon cher Monsieur ?

  • M1069663 le dimanche 22 fév 2015 à 11:24

    M. Puponni, pouvez-vous donner votre adresse. Je suppose que vous vivez dans un de ces ensembles à mixité sociale ?

  • raf62 le dimanche 22 fév 2015 à 10:34

    habitant dans le nord logements sociaux neufs ; immeubles rénovés pour ces gens là ...tout est dégradé 2-3 ans après .............faut quoi encore les faire vivre à Beverly hills?

  • slivo le dimanche 22 fév 2015 à 10:22

    La France est une forêt qui importe des termites.

  • s.thual le dimanche 22 fév 2015 à 10:19

    faut qu on arrete avec ces logements dits delabrés ,et ghettos , on loue des logements moins chers et avec des priorités pour des démunis ,voire chomeurs,,,mais le respect n est ce pas d entretenir ce que l on mets a votre disposition ? en general les logements ailleurs prennent de la valeur parce qu entretenus !alors pourquoi detruit on des barres d immeubles que beaucoup ont occupe avec fierte fut un temps , changeons les mentalites ca ira mieux !

  • restif1 le dimanche 22 fév 2015 à 09:53

    "villes carencées en logements sociaux"; le bon Dr Pupponi on va leur prescrire du Dalo comme vitamine

  • M2266292 le dimanche 22 fév 2015 à 09:45

    Encore un qui fait du blabla

  • M1765517 le dimanche 22 fév 2015 à 09:38

    au lieu de toujours choisir la population étrangère, preferez l'organisation pour les gens de France.

  • c.debarg le dimanche 22 fév 2015 à 09:13

    k-on me donne les adresses des politiques de tous bords , on parle beaucoup du 18 ème !

  • M2286010 le dimanche 22 fév 2015 à 09:02

    M. Pupponi, je suppose que vous avez profité de votre indemnité parlementaire pour acheter un appartement en ces lieux idylliques, pour en faire votre permanence. Lequel appartement sera revendu, à titre personnel, dans quelques années, non?