François Pervis fera " tout pour être au Brésil "

le
0
François Pervis fera " tout pour être au Brésil "
François Pervis fera " tout pour être au Brésil "

Vous venez de battre le record du monde du kilomètre et du 200m lancé. Dans quelles conditions avez-vous réalisé ces records ?Je me suis concentré à fond sur ma course en essayant de respirer et de me relâcher au maximum. Je donne tout, c'est une minute à fond et ça fait très mal aux jambes. Je suis entraîné pour ça, mais je suis quand même très épuisé à la fin du chrono. J'ai même essayé de crier à la fin de la course mais, je n'y suis pas parvenu.

Vous venez de mettre fin à un très vieux record sur le kilomètre.Le record date de 2001 et a été réalisé par Arnaud Tournant en 58 secondes et 8 dixièmes. Je suis vraiment content de l'avoir battu.

Vous attendiez-vous à battre ce record ?Je savais que j'allais battre le record du200 mètres, j'en étais persuadé. Le record du kilomètre n'était pas sûr. Mais je savais que j'allais être tout proche du record à Tournant. Quand j'ai vu les chronos que j'ai réalisés quelque jours avant la compétition, je me suis dit que c'était possible. Mais ce record reste énorme, je ne pensais pas que cette piste me serait aussi favorable. Les conditions atmosphériques et ma condition physique étaient également excellentes.

Comment vous êtes-vous préparé pour battre ces records ?Je m'entraîne depuis 12 ans deux fois par jour, mais hormis cela, je n'ai pas fait d'entraînement spécifique pour viser les records. Je ne voulais pas miser ma saison là-dessus. Au contraire, j'ai décidé de les tenter au dernier moment, parce que j'étais en forme.

« J'espère que mes records seront battus quand je serai à la retraite »

On reste sur un sport mécanique, même si c'est vous qui propulsez le vélo, sur quel type de matériel travaillez-vous ?Je conduis un vélo LOOK qui me donne la sensation d'avoir une F1 entre les jambes, et mes partenaires ont créé une nouvelle combinaison pour moi. Mais hormis les évolutions matérielles du vélo, ce sont les braquets qui ont évolué. Ils sont beaucoup plus gros et demandent de repenser complètement l'entraînement. En 2001, les braquets qu'utilisait Arnaud Tournant étaient beaucoup plus petits.

Avez-vous déjà pensé à vous reconvertir dans la course sur route ?Ce n'est pas possible, c'est comme si on demandait à Usain Bolt de faire du marathon. Je commence à être un peu trop vieux et trop spécialisé.

Pensez-vous pouvoir aller encore plus vite ?En terme de sécurité on peut aller jusqu'à85 km/h. Avec l'évolution du matériel et des conditions d'entraînement on peut aller encore plus vite. J'espère que mes records seront battus quand je serai à la retraite, mais je n'y crois pas trop.

« J'en veux encore au sélectionneur »

Les Jeux de Rio 2016 font partie de vos objectifs ?Bien sûr, je suis en plein dedans. Je n'ai pas été sélectionné à Londres mais je ferai tout pour être sélectionné au Brésil. J'en veux encore au sélectionneur qui ne m'a pas pris alors que je faisais des performances supérieures à la personne qui a participé aux jeux.

De quoi vivez-vous actuellement ?Mes collectivités territoriales, la ville de Laval, et mes sponsors. L'année dernière, j'ai déclaré 20 000 euros. D'un côté, je ne gagne pas assez d'argent pour placer mon argent. Et je ne suis pas non plus salarié pour cotiser pour ma retraite. J'ai peur pour mon avenir, mais je suis passionné donc, j'essaye de ne pas y penser.

Le dopage existe-il dans votre discipline ?Il n'y a pas eu de cas recensé dans ma discipline depuis des décennies. Mais je peux être contrôlé à n'importe quel moment. Mais quand on n'a rien à se reprocher, on dort sur ses deux oreilles. Malgré tout, j'ai lu des choses qui ne m'ont pas plu suite à mon record et je pense que les personnes qui ont écrit cela ne connaissent rien à mon sport.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant