François Modesto:«Notre maillot doit sentir la terre corse»

le , mis à jour à 13:27
0
François Modesto:«Notre maillot doit sentir la terre corse»
François Modesto:«Notre maillot doit sentir la terre corse»

« Aujourd'hui, je n'ai pas envie de parler de tout et de rien. J'ai passé l'âge. Mais évoquer l'âme corse, là, ça vaut le coup. » Dans un café, posé à 1 km du centre d'entraînement bastiais, François Modesto exprime avec des mots forts son attachement viscéral à son île.

Bastia est-il un club comme un autre ?

FRANÇOIS MODESTO. J'ai joué en Sardaigne à Cagliari, où à l'Olympiakos d'Athènes et ses 6 millions de supporteurs grecs. Mais je suis de Bastia. Dans cette phrase, tout est dit. Dans mes autres clubs, si ça se passait mal, je n'étais pas bien. Mais quand Bastia allait mal, j'étais comme malade. Vous comprenez la nuance ? Ça touche l'âme, la famille ou les amis. Je porte le maillot bleu dans un stade où j'allais enfant. Le Sporting, c'est une vie d'homme. Je devais y finir ma carrière afin que mes enfants comprennent l'amour de leur père pour ce club.

Qu'a-t-il de si spécial ?

Tu ne joues pas à Bastia, mais pour la Corse. Historiquement, on a brillé seulement quand l'ossature était insulaire. Ce maillot doit sentir la terre corse.

Doit-il devenir un club lisse pour exister ?

Jamais. Mais il faut bien se comporter et ne pas croire que les revendications corses se feront par les armes ou la violence. En venant à Furiani le samedi, chaque supporteur effectue aussi un geste politique. Il doit être exemplaire.

La finale de samedi (demain) ressemble-t-elle à celle de Coupe de France gagnée aux dépens du Saint-Etienne de Platini en 1981 ?

Oui. En 1981 comme en 2015, on a, au départ, 1 % de chances de s'imposer. Mais quand nos supporteurs sont 10 000, ils font du bruit comme 40 000. Et, là, on annonce 25 000 Corses au Stade de France. Ils peuvent transformer le stade en terre de passion. Tout le monde sera là pour défendre notre pays.

Quand on évoque le Sporting, on parle aussi de violence, de paranoïa ou de la banderole anti-Qatar...

(Il coupe.) Cela doit s'arrêter. Prendre les armes ou croire aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant