François Mitterrand : Le football de Tonton

le
0
François Mitterrand : Le football de Tonton
François Mitterrand : Le football de Tonton

Né le 26 octobre 1916, François Mitterrand aurait eu cent ans aujourd'hui. Un président que l'on imagine peu fréquenter les vestiaires et les stades, mais qui a pourtant flirté avec le monde du football à de nombreuses reprises.

Cette fois, Éric Cantona a vraiment déconné. Pour un " enculé de bâtard de Français " crié un peu trop fort par un fan de Crystal Palace qui n'aimait pas les cuisses de grenouille, le King s'est emporté et est allé laver son honneur et celui de toute la nation. Un coup de pied sauté dans le torse et un aller-simple pour la légende plus tard, le voilà poursuivi par la justice anglaise, traîné devant les tribunaux comme un condamné que l'on aurait sorti de sa geôle de la Tour de Londres pour le juger sur la place publique. Le 23 mars 1995, la sentence tombe, aussi violemment que la semelle de Cantona sur le sternum du supporter aux mots doux : deux semaines de prison ferme pour le joueur. Un coup de tonnerre. En France, maman Cantona est affolée, et sait qu'elle n'a plus qu'une seule solution pour empêcher son fils de croupir au fond d'une cellule pendant deux interminables semaines. Ni une ni deux, elle file au centre d'entraînement d'Auxerre alerter son unique espoir : Guy Roux. Le héros des pubs Cristaline est l'une des figures principales du roman Cantona, lui qui l'a lancé dans le grand bain au début des années 80 à Auxerre. Mais il possède surtout un carnet d'adresses impressionnant. Comprenant l'urgence de la situation, Guy Roux ôte son bonnet et se précipite sur son téléphone pour secouer Béatrice Marre, sous-préfète de l'Yonne, et ancienne chef de cabinet de François Mitterrand à l'Élysée. " Prévenez le président, il faut envoyer un câble à la reine pour lui dire que si elle met Cantona en prison, elle perturbera les relations entre les jeunesses françaises et anglaises. "

La Coupe du monde de Mitterrand


Guy Roux ne pèse pas vraiment ses mots, mais peu importe. Le procès en appel est repoussé, Cantona est autorisé à rentrer chez lui en attendant la nouvelle audience, et sera finalement condamné à des heures de TIG. Pour Guy Roux, impossible d'expliquer ce qu'il s'est tramé au plus haut niveau de l'État : " Ils ont fait quelque chose. Je ne sais pas bien quoi. " Mais il en est persuadé, Canto' doit sa réduction de peine à une intervention de la diplomatie française, téléguidée par François Mitterrand en personne. À cette époque, le président est un vieil homme fatigué, qui termine à bout de souffle son deuxième mandat. À soixante-dix-huit ans et après quatorze années de vie à l'Élysée,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant