François Meunier : « Dans cinq ans, on en sera très satisfaits »

le , mis à jour à 10:30
1
François Meunier : « Dans cinq ans, on en sera très satisfaits »
François Meunier : « Dans cinq ans, on en sera très satisfaits »

Faut-il avoir peur des accords d'entreprise ? NON, répond François Meunier, économiste, ancien directeur général de l’assureur crédit Coface SA, rédacteur sur le site Telos. « La loi El Khomri est un bon compromis et une vraie réforme de gauche »

 

Si les accords d'entreprise priment, n'y a-t-il pas un risque de nivellement par le bas des conditions de travail et salariales ?

FRANÇOIS MEUNIER. Je peux comprendre ceux qui craignent que le poids personnel du patron et sa capacité de s'imposer face aux salariés soient plus forts au niveau de l'entreprise qu'à celui de la branche. Dans les négociations de branche, le rapport de forces est moins physique, plus institutionnalisé, plus homogène sur l'ensemble des entreprises de la branche. Mais avec un grand défaut en retour : la négociation est davantage dépersonnalisée. Venue d'en haut, elle atrophie à la longue la vitalité syndicale au niveau local. Ce qui importe au salarié, c'est d'avoir un syndicalisme vivant et fort dans son entreprise, exercé par des gens qu'il connaît personnellement. Il faut donc des délégués syndicaux qui soient chargés de discuter des choses importantes, comme les conditions de travail. C'est largement le cas déjà pour les salaires : c'est de plus en plus dans l'entreprise qu'ils sont négociés. La négociation de branche sert surtout désormais à définir des niveaux planchers, qui sont, selon une étude du ministère du Travail de 2012, en moyenne 47 % en dessous des salaires effectifs observés dans les entreprises. Qui s'en plaint ? Pourquoi ce qui vaut pour les salaires ne vaudrait pas pour les conditions de travail ?

 

En privilégiant les accords de branche, les appareils syndicaux ne feraient que défendre leurs prérogatives ?

En partie. J'observe que FO, l'un des deux syndicats hostiles au fameux article 2 de la loi, est bien implanté dans les branches, beaucoup moins au niveau des entreprises. A nouveau, pour défendre les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JPANTO il y a 12 mois

    Espérons que cette loi El Khromy sera aussi efficace que la COFACE..... pour les entreprises évidemment .