François Hollande veut clore le "malentendu" avec "les pigeons"

le
8
FRANÇOIS HOLLANDE ANNONCE DES MESURES POUR LA CRÉATION D'ENTREPRISES
FRANÇOIS HOLLANDE ANNONCE DES MESURES POUR LA CRÉATION D'ENTREPRISES

PARIS (Reuters) - François Hollande a annoncé lundi un ensemble de mesures visant à promouvoir la création d'entreprises et à clore l'épisode dit "des pigeons", ces patrons de start-up qui s'étaient révoltés en octobre contre les projets fiscaux du gouvernement.

Organisée à l'Elysée, un symbole fort selon l'entourage du chef de l'Etat, la clôture des assises de l'entrepreneuriat a donné l'occasion au président de dévoiler un nouveau régime fiscal allégé sur les plus-values de cession d'entreprise.

"Notre premier devoir, c'est de stimuler l'esprit d'entreprise dans notre pays", a déclaré le chef de l'Etat devant un parterre de plus de 300 entrepreneurs.

Il a vanté dans son discours les valeurs de réussite et d'initiative et s'est employé à dissiper tout "malentendu" avec un milieu traditionnellement hostile au Parti socialiste.

Au nombre des mesures les plus marquantes, François Hollande a dit qu'il entendait instiller l'esprit d'entreprise dès le plus jeune âge aux Français.

"C'est d'abord le rôle de l'école. Il sera donc prévu, de la sixième à la terminale, un programme sur l'entrepreneuriat", a-t-il annoncé, ajoutant vouloir lutter contre la "stigmatisation de l'échec", "un mal français".

François Hollande a de même annoncé la suppression d'un indicateur de la Banque de France qui vise les entrepreneurs ayant connu une liquidation judiciaire.

Pour l'entourage du chef de l'Etat, l'objectif était bien de faire comprendre aux chefs d'entreprise, échaudés par l'alourdissement de la fiscalité et des prises de position de certains ministres, que le gouvernement est désormais dans leur camp, à charge pour eux de participer à la lutte contre le chômage, élevée au range de "cause nationale".

"Ce qui me semble nouveau, c'est quand même que la gauche adopte un discours sur l'entrepreneuriat, sur la figure de l'entrepreneur, qui est un discours très positif dans lequel on reconnaît le rôle de l'entrepreneur dans la société", a déclaré" une source gouvernementale.

Le message du président a semble-t-il été entendu, au moins en partie.

"Les assises de l'entrepreneuriat ont permis de rétablir le dialogue entre le gouvernement et le monde de l'entrepreneuriat, dont le capital investissement", a jugé l'Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC), qui regroupe les professionnels du capital-investissement.

De son côté, l'Union professionnelle artisanale a jugé que "beaucoup de mesures vont dans le bon sens", pour ajouter toutefois que "les conclusions de ces assises ne suffiront pas à rétablir la confiance des chefs d'entreprise de l'artisanat et du commerce de proximité", confrontés à 1,1 milliard d'euros de prélèvements supplémentaires en 2013.

Julien Ponthus, édité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • feniks le mardi 30 avr 2013 à 06:22

    Voilà ou mène l'anti-sarkosy primaire, beaucoup de voix de rejet, peu de vérité, immensément de mensonges et un égo démesuré. Les votants n'ont pas réfléchi, parcequ'ils ne savent le faire, des veaux en somme, des ineptes, des ânes, des derniers de la classe, des sous-développés du bulbe. Voilà le résultat !

  • M2614138 le lundi 29 avr 2013 à 23:06

    3 français sur 4 ne veulent plus de lui . Le message est clair comment peut il continuer à s accrocher tel un cafard au pouvoir ça en devient indécent ! De mensonge en mensonge il pense qu il va encore tenir 4 ans le peuple s est trompé ou plutôt a été trompé mais au final c lui qui aura le dernier mot

  • M2614138 le lundi 29 avr 2013 à 22:57

    Il commence à avoir peur de ne plus toucher son plein salaire ! Un pas en arrière 2 pas de côté. Pas la moindre cohérence dans son programme Il avait pourtant sorti sa boîte à outils mais le problème il ne sait pas en servir Il va entrer dans l histoire : le plus grand incompétent que le pays ait connu ! Ce servait même drôle s il n y avait pas plusieurs générations sacrifiees

  • bordo le lundi 29 avr 2013 à 22:22

    Il ment. Entrepreneurs vous serez truffés.

  • mlaure13 le lundi 29 avr 2013 à 21:42

    Un malentendu?...Ce serait plutôt un " malexprimé". Pour un politique, l’important n’est-il pas de se retrouver dans les sphères du pouvoir…voir même accéder au poste suprême ?...Sans se préoccuper de ce qui les attend vraiment…Le reste se disent-ils, est secondaire…et ils font avec, avec plus ou moins de réussite, l’objectif principal étant atteint…Ensuite, reste à durer, et pour se faire, TOUS LES MOYENS SONT BONS !!!...ALEA JACTA EST …

  • M8637171 le lundi 29 avr 2013 à 21:16

    Certaines mesures sont necessaires mais largement non suffisantes. Les entreprises se développeront et créeront des emplois si elles sont compétitives au niveau international. Avec le niveau de charges sociales actuelles, d'impôts, les RTT à payer, le CE et les délégués du personnel et CHST à financer, le licenciement immensemant onéreux, ...,c'est mission impossible.

  • denme le lundi 29 avr 2013 à 21:12

    le malentendu, c'était son élection... Ou le système, au choix :)

  • bordo le lundi 29 avr 2013 à 20:42

    Il ment. Souvenez vous moi president par ci moi président par là et puis le matraquage.