François Hollande souhaite un face-à-face avec les Français

le
3
FRANÇOIS HOLLANDE SOUHAITE UN FACE-A-FACE AVEC LES FRANÇAIS
FRANÇOIS HOLLANDE SOUHAITE UN FACE-A-FACE AVEC LES FRANÇAIS

PARIS (Reuters) - François Hollande, qui donnera mardi prochain la première conférence de presse de son quinquennat, veut être un "interlocuteur direct" pour les Français, désireux selon lui d'un "face-à-face" avec leur président.

"L'année 2013 sera dure, c'est certain", prédit le chef de l'Etat socialiste dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Marianne rendu public vendredi.

François Hollande dit vouloir répondre aux angoisses de Français "extrêmement stressés" à qui il souhaite expliquer le "cadre général" de sa politique.

Elu il y a six mois, François Hollande donnera mardi à l'Elysée une conférence de presse devant des centaines de journalistes, comme il l'avait annoncé pendant sa campagne électorale.

Un exercice de pédagogie sera nécessaire, estime le chef de l'Etat dont la cote dans les sondages n'a cessé de s'effriter depuis son élection.

Dans Marianne, François Hollande dit comprendre que sa démarche globale soit mal comprise.

"C'est vrai. Je vais m'appliquer à en donner le cadre général dès ma prochaine conférence de presse", dit-il. "J'ai compris aussi que les Français voulaient me voir davantage en première ligne, et m'impliquer personnellement".

Désireux de marquer une rupture de style avec son prédécesseur Nicolas Sarkozy en début de mandat, François Hollande veut enclencher une nouvelle séquence dans ses rapports avec ses concitoyens.

"J'avais souhaité en arrivant donner à la parole présidentielle un style moins obsédant, moins oppressant. Et, de cela, je crois qu'ils continuent de m'être reconnaissants. En revanche, ils désirent davantage un face-à-face avec leur président. Eh bien, je vais faire ce qu'ils désirent !", dit-il.

François Hollande estime que les Français ont besoin d'un interlocuteur direct".

Il fait à cet égard la comparaison avec les Italiens. "Les mesures de rigueur qu'ils subissent sont infiniment plus lourdes que celles auxquelles sont exposés nos compatriotes, toutes catégories confondues ; et pourtant, ils ont meilleur moral", dit-il.

François Hollande s'attend à une année 2013 "dure", en attendant une embellie sur le front de la croissance et de l'emploi.

"Un retour de la croissance à l'issue de cette année-là serait le bienvenu. Mais je suis optimiste", dit-il. "D'ordinaire, les gouvernements de gauche commencent en fanfare et terminent dans la déconfiture. Voyez le Front populaire. Je voudrais apporter la preuve que le parcours inverse est possible".

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le vendredi 9 nov 2012 à 14:03

    Sa politique géénrale, c'st le néant. Ceratins à gauche espèrent encore qu'il sait où il va. Disons qu'on ne sent pas l'homme, ni habité par sa fonctoin, ni habitant sa fonction. Mais si les Français le désirent, il fait ... N'importe quoi !

  • testatio le vendredi 9 nov 2012 à 12:14

    Faudra qu'il explique sa politique générale... parce que dire pendant 1 an qu'augmenter la TVA, c'est inadmissible car "c'est l’impôt le plus injuste" et le faire 6 mois après le début de sa mandature, il y a une belle preuve d'incompétence et d'impréparation de son mandat...

  • M6749774 le vendredi 9 nov 2012 à 11:46

    Pour la déconfirure de la gauche c'est quand même bien que ce soit lui qui le dise. Il n'a même plus besoin d'opposition ce pauvre Hollande !