François Hollande se dit prêt à «punir» le régime syrien

le
0
VIDÉO - Devant les ambassadeurs, le chef de l'État a indiqué que la France participerait à la riposte aux attaques chimiques.

Des mots forts, clairs, même s'ils laissent en suspens les fondements juridiques, le calendrier et la nature exacte de l'«action de force» qui pèse désormais à brève échéance sur le régime de Bachar el-Assad. «Le mas­sacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse, et la France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents», a déclaré le chef de l'État en ouvrant la XXIe conférence annuelle des ambassadeurs de France à l'Élysée.

Ces derniers jours, sans attendre le résultat des experts de l'ONU, laborieusement à l'½uvre sur le terrain, François Hollande avait fait connaître sa conviction que les bombardements du 21 août dans les faubourgs de Damas étaient bien chargés de neurotoxiques prohibés par les conventions internationales. Il l'a formulé mardi en déclarant que «tout porte à croire ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant