François Hollande salue les progrès de l'industrie automobile

le
0
FRANÇOIS HOLLANDE SALUE LES PROGRÈS DE RENAULT ET DE PEUGEOT
FRANÇOIS HOLLANDE SALUE LES PROGRÈS DE RENAULT ET DE PEUGEOT

PARIS (Reuters) - François Hollande a salué vendredi au Mondial de l'automobile les progrès enregistrés depuis deux ans par Renault et PSA, encourageant la France à devenir exemplaire en matière de circulation "propre".

Le président de la République, accompagné par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron et le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies, a passé environ deux heures dans le salon parisien, où sont attendus un million de visiteurs.

Lors de sa visite en 2012, François Hollande, tout juste élu, était confronté aux difficultés du secteur, alors symbolisées par l'annonce de la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et la perte de milliers d'emplois.

"Il y a deux ans, l'industrie automobile française était en crise, le gouvernement était confronté à des plans sociaux, à des fermetures, et le marché était en très grande difficulté", a-t-il rappelé devant la presse.

Depuis lors, a-t-il poursuivi, "des efforts ont été faits par des industriels, par l'Etat, pour apporter un certain nombre de fonds, de stimulations, d'incitations et les résultats sont là : l'industrie française s'est redressée et elle repart. C'est bon pour l'activité, pour l'emploi, et pour nos exportations".

Renault et Peugeot, dont l'Etat est actionnaire, ont notamment signé des accords de compétitivité prévoyant de porter d'ici 2016 à 710.000 pour l'un et un million pour l'autre le nombre de véhicules assemblés chaque année en France.

Au Mondial, le chef de l'Etat s'est particulièrement intéressé aux dernières innovations en matière d'économie d'énergie et de véhicules électriques et hybrides.

Encourageant la France à être "en pointe" sur le sujet, il a rappelé l'objectif de mettre au point d'ici cinq ans des véhicules consommant moins de deux litres de carburant pour 100 kilomètres.

François Hollande a aussi rappelé la mise en place d'un "super bonus" permettant de rendre un véhicule électrique moins cher qu'une voiture roulant à l'essence ou au diesel.

"Pour l'utilisateur, ce sera une double économie à l'achat et dans sa propre consommation", a-t-il expliqué, promettant la mise à disposition prochaine de 16.000 bornes de recharge supplémentaires.

"La France sera un des piliers, un des modèles du véhicule à faible consommation et du véhicule électrique", a-t-il ajouté, faisant un lien avec la grande conférence mondiale sur le climat prévue à Paris en décembre 2015.

(Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant