François Hollande salue le retour à la mer du Mont-Saint-Michel

le
0

MONT SAINT-MICHEL, Manche, 31 octobre (Reuters) - François Hollande a inauguré samedi le barrage de Couesnon, au Mont-Saint-Michel, l'un des éléments des travaux qui ont permis de redonner au Mont, l'un des "hauts lieux de la spiritualité européenne", son caractère maritime. "Le résultat est là, il est aussi exceptionnel que ce lieu", a déclaré le président, saluant l'aboutissement d'un chantier qui aura duré vingt ans pour un budget global de 209 millions d'euros. "C'est une (...) pyramide naturelle coiffée d'une cathédrale, c'est un des plus hauts lieux de la spiritualité européenne", a-t-il ajouté après une visite qui l'a conduit des ruelles étroites du Mont jusqu'à la table de la Mère Poulard. François Hollande a estimé que ce qui avait motivé les travaux de réhabilitation du Mont-Saint-Michel valait pour la prochaine conférence sur le climat, prévue début décembre près de Paris, et qui va "obliger l'homme à réparer ce qu'il a lui-même, au fil des années, altéré". Lancés en 1995, les études et les travaux qui ont conduit à lutter contre l'ensablement de la baie du Mont-Saint-Michel se sont achevés en 2015 par l'ouverture du pont-passerelle sur pilotis qui a remplacé l'ancienne route qui conduisait jusqu'au pied du Mont, où s'étalaient 15 hectares de parkings. Désormais situées à environ 2,5 kilomètres du site, les aires de stationnements sont reliées au monument par des navettes et un cheminement piétonnier. En service depuis 2009, le barrage construit sur la rivière du Couesnon pour dégager le Mont des sédiments qui le cernaient, a également contribué à redonner au "rocher" son caractère maritime, celui-ci se transformant en île une vingtaine de jours par an, lors des marées à fort coefficient. Evoquant le défi architectural que représentait la construction de l'abbaye au IXe siècle, comme les prouesses technologiques qui ont permis de lui restituer son caractère maritime, François Hollande, accompagné notamment du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la ministre de la Culture Fleur Pellerin, a jugé que ce lieu incarnait "une image vivante" de la France. "Que ceux qui doutent de notre force, de celle de la France, (...) viennent au Mont-Saint-Michel", a-t-il lancé. Il a aussi rappelé que ce site, l'un des plus visités de France, avec 2,5 millions de visiteurs par an, avait vu naître "l'histoire du tourisme", un secteur représentant une "priorité nationale" avec le déblocage par la Caisse des dépôts d'un milliard d'euros pour "accompagner les investisseurs" et l'objectif de 100 millions de visiteurs annuels dans le pays en 2020. Le Mont Saint-Michel et son abbaye sont classés depuis 1979 au patrimoine mondial de l'Unesco. (Pierre-Henri Allain, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant