François Hollande revient vers les Français pour le 14-Juillet

le
2
FRANÇOIS HOLLANDE REVIENT VERS LES FRANÇAIS POUR LE 14-JUILLET
FRANÇOIS HOLLANDE REVIENT VERS LES FRANÇAIS POUR LE 14-JUILLET

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - A un jour près, cela fera deux mois ce samedi 14 juillet que François Hollande est entré en fonction, l'occasion d'une interview d'un président élu après une campagne de proximité mais happé depuis sa victoire par un agenda international chargé.

La fête nationale 2012 verra le chef de l'Etat renouer avec la tradition de l'entretien télévisé, délocalisé à l'hôtel de la Marine, place de la Concorde, pour ne pas donner l'impression d'être enfermé dans le palais présidentiel

"Le 14 juillet est par définition une journée riche en symboles. Et François Hollande est fidèle à son engagement de campagne de ne pas donner d'interview à l'intérieur de l'Elysée", explique son entourage.

Nicolas Sarkozy avait abandonné cet exercice, prisé par ses prédécesseurs Jacques Chirac et François Mitterrand.

Pendant plus d'une demi-heure, François Hollande fera un tour d'horizon complet de l'actualité face à la journaliste de TF1 Claire Chazal et son confrère de France 2 Laurent Delahousse.

Construction européenne, plans sociaux et fiscalité, réformes en cours et à venir, médiatisation de sa vie familiale depuis l'embarrassant tweet de sa compagne Valérie Trierweiler: tous les sujets pourraient être abordés par le président, qui ne s'est pas exprimé de la sorte depuis un passage au journal de 20 heures de France 2, le 29 mai.

Lors de sa campagne électorale, François Hollande avait promis, s'il était élu, d'organiser tous les six mois une grande conférence de presse pour expliquer sa politique, ce qui devrait se faire à la fin de l'année, indique un proche.

Le président commencera la journée de samedi par le traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées et un déjeuner en compagnie de militaires blessés en opération.

LES JARDINS DE L'ÉLYSÉE OUVERTS AU PUBLIC

François Hollande n'a pas remis au goût du jour la "garden-party" supprimée en 2010 par Nicolas Sarkozy par souci d'économie. Les jardins de l'Elysée seront néanmoins ouverts au public tout l'après-midi.

De sa tournée américaine au sommet européen en passant par le sommet du G20 au Mexique, les questions internationales ont beaucoup occupé le nouveau président depuis son entrée en fonction, le 15 mai.

Au point de rendre un brin nostalgique celui qui aimait "déambuler" dans les villes de France en se présentant comme un candidat qui "aime plus les gens que l'argent".

"Est-ce que le contact avec les Français vous manquait?", lui a demandé un journaliste lors d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, dimanche dernier à Reims.

"Oui, c'est vrai, je le confesse", a répondu le président. "Ce n'est pas facile d'arriver à la présidence de la République, d'être immédiatement absorbé par un grand nombre d'événements internationaux, de conférences, de conseils européens, de déplacements."

De son propre aveu, François Hollande veut "revenir vers les Français".

Son agenda annonce des déplacements en banlieue parisienne et en province dans les jours prochains.

Le chef de l'Etat ira aussi en Bretagne le 14 juillet, dans le cadre du festival "Tonnerres de Brest", qui fête ses 20 ans. Il est annoncé dimanche au festival de théâtre d'Avignon. D'autres rendez-vous hexagonaux sont prévus la semaine suivante.

Il pourrait suivre une étape du Tour de France cycliste, qui sera en Corrèze, son département d'élection, le 20 juillet. Il a aussi annoncé qu'il se rendrait à Londres le 30 juillet pour saluer les athlètes français présents aux Jeux olympiques.

Le dernier conseil des ministres aura lieu le 1er août. François Hollande a prévu de rester en France pour les vacances.

Edité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigot8 le samedi 14 juil 2012 à 12:01

    vivement que la droite dure revienne au pouvoir meme marine au moins un k o u i l l u au pouvoir !

  • dhote le samedi 14 juil 2012 à 09:27

    Un président qui s'occupe plus de sa cote de popularité que des problèmes de la France c'est inquietant.