François Hollande réaffirme sa volonté de réformer l'assurance vie

le
51
Le chef de l'État veut que le placement préféré des Français serve davantage les entreprises. Des pistes ont déjà été évoquées dans le rapport Berger-Lefebvre. Mais les assureurs restent sceptiques.

François Hollande persiste et signe. Le président de la République a réaffirmé jeudi sa volonté de réformer l'assurance vie, un souhait qu'il avait déjà exprimé lors de la campagne électorale. Il estime que le placement préféré des Français et ses avantages fiscaux doivent être davantage mis au service de l'investissement productif. En clair, cette épargne doit s'orienter davantage vers les fonds propres des entreprises, c'est-à-dire les actions. Aujourd'hui, elle est placée pour l'essentiel en obligations, à plus de 30 % sur les emprunts d'État des pays de l'OCDE, et à 36 % sur les obligations d'entreprise, selon les dernières statistiques de la FFSA (Fédération française des sociétés d'assurance). Les actions ne représentent que 16 % des investissements.

Le rapport sur l'épargne longue, publié par Karine Berger et Dominique Lefebvre début avril, envisage deux pistes pour corriger le tir. La première? Développer un nouveau genre de fonds en euros, baptisé Euro-Croissance. Il permettrait aux assureurs de prendre plus de risques en Bourse, car au lieu d'offrir aux souscripteurs une garantie en capital à tout moment, ils ne l'accorderaient qu'à une date fixée à l'avance, par exemple après 8 ans. Seconde piste: imposer de nouvelles contraintes aux ménages qui détiennent plus de 500.000 euros en assurance-vie. Ils ne bénéficieraient de sa fiscalité privilégiée qu'à condition d'investir dans les contrats Euro-Croissance ou des contrats dotés de compartiments dédiés à l'investissement dans les PME, dans les entreprises sociales ou dans le logement intermédiaire.

Les ménages aisés continueront-ils à investir?

Mais ces mesures suscitent un certain scepticisme chez les assureurs. «Le fonds Euro-Croissance ne correspond pas aux attentes des assurés» estime Eric Le Baron, directeur général de SwissLife France. Dans les rares établissements qui ont déjà testé le concept (sous le nom de fonds euro diversifié), comme BNP Paribas Cardif, les souscriptions restent d'ailleurs limitées. Surtout, certains professionnels craignent que les contribuables qui dépassent le seuil des 500.000 euros... cessent simplement d'investir en assurance vie, plutôt que d'accepter de faire prendre des risques à leur épargne.

Pourtant, les épargnants sont inquiets de la chute des rendements des fonds en euros classiques. Avec le rebond des bourses ces derniers mois, certains pourraient aussi décider d'eux mêmes que le temps est venu de redonner de la place aux actions dans leurs contrats. «Clairement, aujourd'hui, il y a mieux à faire que d'investir seulement sur le fonds en euros. En plaçant 40 % à 50 % de son épargne sur des sicav diversifiées, il est possible d'obtenir de meilleures performances avec un risque limité» conseille Eric Le Baron. La réforme de l'assurance vie pourrait dans ce cas être moins pénalisante que redouté.... à condition que les contraintes imposées aux contribuables ne soient pas trop lourdes.

Ces derniers mois, la collecte des assureurs sur les sicav et FCP boursiers qu'ils proposent dans leurs contrats a d'ailleurs été meilleure que prévue, grâce à un effet fiscal inattendu. Puisque la fiscalité sur les comptes titres a été durci, certains contribuables cèdent les actions ou les sicav qu'ils détenaient sur ces supports.... pour réinvestir en assurance vie. Une aubaine pour les compagnies d'assurance, mais qui n'aura qu'un temps. Jeudi, François Hollande a aussi fait le v½u de réviser l'imposition des plus-values mobilières, là encore pour encourager l'investissement productif.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stefdura le jeudi 30 mai 2013 à 19:38

    Hollande veut orienter les placements des Français vers les entreprises ?Mais lui ne déclare pas un centime de son patrimoine dans une entreprise. Tout en immobilier, appartements et résidences secondaires.Faites ce que je dis pas ce que je fais. Quelle honte

  • cyrgod le jeudi 30 mai 2013 à 09:46

    Dites moi où les nantis du PS investissent afin d'y orienter mon épargne. Au moins je suis sûr de ne pas y voir de mauvaises surprises à court terme. Ah vous ne savez pas, ils n'ont pas tout déclarer au fisc ? C'est ballot leur communication sur leur patrimoine n'était donc qu'un écran de fumée, ils sont aussi pourris que Cahuzac, quelle nouvelle !?

  • supersum le mardi 21 mai 2013 à 09:54

    100% de taxes ?

  • nino27 le mardi 21 mai 2013 à 09:21

    pfff quelle honte!et les avtges pour les part seront??

  • M3366730 le lundi 20 mai 2013 à 23:54

    C'est quand même singulier que des gens qui n'investissent pas dans l'économie de notre pay viennent donner des leçons aux autres, d'autant quand l'on sais comment est investit une partie de la leur (à l'étranger, en oeuvres d'art, etc....).Comme d'autres, il vau mieux attendre de voir qu'elle usine à gaz notre gouvernement spécialiste en économie et entreprise va t'il mettre en place et avec qu'elles contraintes.

  • frk987 le lundi 20 mai 2013 à 22:38

    merci jcs08, j'avais compris mais les lois n'étant pas rétroactives (enfin...en principe), ça vaut le coup de faire une ouverture de PEA ou d'AV demain.

  • jcs08 le lundi 20 mai 2013 à 20:35

    @frk987 et @patbri70dans les projets de nos ministres qui vous l'avez remarqué ne possèdent aucune assurance vie ni PEA ou actions preuve de leur nullité en épargne et économie il y a un passage de 8 à 12 ans de la période d'exonération et la mise en place d'une nouvelle usine à gaz pour tenir compte de la date d'entrée des versements et non de la date d'ouverture des contrats.

  • frk987 le lundi 20 mai 2013 à 17:50

    pour patbri70 : à partir de l'ouverture du contrat, c'est bien pour ça que vous ne risquez rien d'y mettre l'euro symbolique (enfin...les 100 euros) pour acter de la date de départ. Idem pour un PEA. Vous soulevez un excellent point, dans le débile on ne fait pas mieux, perso ça m'a bien servi.

  • dsta le lundi 20 mai 2013 à 17:48

    Alors toi, François et ton équipe d'investisseurs, vous avez investi dans quelle PME ? Allez, dis nous, pour voir si on peut te suivre! Parce que nous François on est très très discipliné, ON SUIT TON EXEMPLE, CAR IL EST SANS AUCUN DOUTE ECLAIRE !!!

  • xerfe le lundi 20 mai 2013 à 16:38

    2)De toute façon, les politiques veulent combler les déficits qu'ils ont créés avec notre épargne. Un conseil, ne touchez pas à l'ass vie, ne jouez pas à l'apprenti sorcier car l'épargne longue est la dernière chance de la France. Un épargnant libre est un épargnant qui investit...