François Hollande prédit une belle victoire, sans compromission

le
0
François Hollande prédit une belle victoire, sans compromission
François Hollande prédit une belle victoire, sans compromission

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - "A la victoire ! Au 6 mai ! A demain !", a lancé dimanche François Hollande au palais omnisports de Paris-Bercy, invitant ses sympathisants à préparer les conditions d'une "belle victoire", mais "pas à n'importe quel prix".

Des "On va gagner!" et des "François président!" ont ponctué la prestation du candidat socialiste, applaudi par 22.000 personnes, selon le PS, réunies dans et autour de la grande salle de l'Est parisien à une semaine du second tour de l'élection présidentielle.

Galvanisé par le moment, François Hollande a agité sur scène des drapeaux français et européen après un premier discours d'une heure. Il a repris le micro après la Marseillaise pour une dizaine de minutes mobilisatrices.

"Nous devons nous battre comme si nous étions en retard, alors même que nous sommes en avance", a dit le favori des sondages qui retrouvera son adversaire, le président sortant Nicolas Sarkozy, mercredi en débat télévisé.

"Tenez bon, ne lâchez rien", a-t-il dit à la foule enthousiaste, reprenant des mots qui lui sont souvent adressés dans la campagne. "Moi, à la différence de l'autre, je ne vous demande pas de m'aider, je ne lance pas des SOS. Je vous demande à tous d'aider votre pays, d'aider la République".

Arrivé en tête au premier tour avec 28,6% des voix, François Hollande a fustigé les méthodes de ses adversaires pour le dénigrer tout en tentant de séduire les 17,9% d'électeurs qui ont choisi la candidate du Front national, Marine Le Pen.

"Mes amis, la victoire, je la veux (...) mais pas à n'importe quel prix, pas celui de la caricature, du mensonge", a-t-il dit. "Je veux une belle victoire, une grande victoire. Une victoire pour la République, une victoire pour la France".

"Je comprends la souffrance de beaucoup", a-t-il souligné. "Je veux reconquérir les hommes et les femmes en colère, qui parfois s'abandonnent, oui, 100 fois oui. Mais promettre ou se compromettre, mille fois non".

"À PORTÉE DE MAIN"

A l'adresse du "candidat sortant" qu'il n'a jamais nommé, François Hollande a ciblé "ceux qui craquent les allumettes, qui allument les mèches, qui jouent avec le feu, qui mettent l'étranger au coeur de cette campagne et qui ne seront pas entendus. Ceux qui opposent les Français entre eux, qui mettent en cause les pauvres parce qu'ils seraient des assistés, ceux qui font peur avec une religion".

"La répétition d'un mensonge n'a jamais fait une vérité", a-t-il poursuivi. "Mais quand on est encore président de la République pour sept jours - sept jours ! -, le premier devoir c'est de respecter la vérité."

De la première secrétaire du PS Martine Aubry au président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, deux "premier ministrables", tous les ténors du PS étaient présents dans les tribunes de Bercy, de même que beaucoup d'artistes.

L'écologiste Eva Joly (2,3% des voix au premier tour) a eu droit à une ovation du public, tout comme l'ancien Premier ministre Lionel Jospin.

Au terme d'une campagne d'un an qui l'emmènera jeudi pour un dernier meeting place du capitole à Toulouse, François Hollande a dressé dimanche un premier bilan de l'aventure.

"La campagne que j'ai menée depuis des mois doit ressembler à la prochaine présidence", a-t-il dit. "Elle a été volontaire, digne, fraternelle, rassembleuse. Je veux que le prochain président soit volontaire, digne, fraternel, rassembleur".

"Depuis des semaines, je sens la victoire à portée de main, la main qui le 6 mai prendra le bulletin", a ajouté François Hollande, désireux d'en terminer avec "l'arrogance, les privilèges, la brutalité, les injustices".

L'élu PS est revenu sur les changements que son élection pourraient provoquer en Europe et dans le monde.

"Je veux que le 6 mai soit une bonne nouvelle pour les démocrates et une terrible nouvelle pour les dictateurs", a-t-il dit, souhaitant par sa victoire "continuer ensemble la belle, la grande Histoire de France".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant